Partager

Les descendants du premier ROI des « rivières du sud »,  autrefois appellation de la Guinée française, Soumba Toumani ont organisé avec faste  vendredi et ce samedi  un sacrifice en la mémoire de leur feu ancêtre dans la ville qui porte son nom Toumania dans la préfecture de Dubreka.

Les sages et descendants de l’illustre guerrier que sont El hadj N’doungou Soumah, El hadj Sékou Ismaël Soumah et El hadj Sekounna Soumah  sur la photo étaient à la première loge.

Les descendants de Soumba Toumani sont venus de partout, notamment de  Coyah, Kindia, Boké, Boffa et Conakry.

Pour l’occasion, les organisateurs n’ont pas lésiné sur les moyens dans le cadre de l’organisation pour rappeler les faits glorieux de ce guerrier hors pairs. C’est l’un de ses descendants qui a signé le traité de non agression entre la Guinée et  la France en 1830 à Dukreka.

Pour rappel, Soumba Toumani serait né vers 1571 à Kita, actuel République du Mali. Dans sa province natale, il dirigeait une des puissantes confréries des chasseurs. Il remportait des victoires partout et dans toutes les guerres.

Mais comme nous enseigne un dicton populaire, les victoires ont toujours des ennemis. Il finira par quitter Kita pour « les rivières du Sud » où il s’installa d’abord à Faranah avec sa troupe. Dans cette préfecture, cette localité porte toujours son nom.

Il quittera Faranah pour  l’actuelle préfecture de Télimélé où il s’installa à Soubekrou. De là, cap sur Tombolia dans la commune de Matoto à Conakry où il a été reçu par Tombo Aly Sylla, le chef de la communauté  des bagas. Justement c’est avec ce Roi Bagas qu’il demandera à s’installer à Dubreka dans la localité qui porte de nos jours son nom Toumania avec ses troupes.

Mais Soumba Toumani était tellement rompu à l’art de la guerre qu’il fut surnommé « SOMA », qui signifie homme qui combat l’ennemi jusqu’à la victoire finale et la paix retrouvée. C’est ce nom « SOMA », que les Sosso ont déformé pour devenir « Soumah », le nom de famille de ses descendants.

En 1610, il épousa la fille de Tombo Alia Sylla, roi des bagas qui lui donnera trois enfants. Il sera nommé par son beau père Ministre de la défense afin de barrer la route aux envahisseurs.

Avec cette qualité, il recrutera une armée puissante et agrandit la préfecture de Dubreka.

En 1621, Tombo Aly Sylla, roi des bagas meurt et il sera remplacé par son beau fils en la personne de Soumba Toumani  qui sera nommé « Gali Manguè », le roi des guerriers. Il va restructurer l’armée et le territoire des bagas en quatre provinces dont Kaporo et Dubreka. Il mourra en 1657 et fut enterré à Dubreka, non loin de sa maison. Sa tombe bien entretenu  s y trouve toujours.

Après sa mort, le pouvoir revient à ses enfants qui étaient préparés à ça. Ainsi le 30 juin 1830, l’un de ses descendants signa le traité de l’amitié et de protectorat avec la France à Toumania dans la préfecture de Dubreka.

Mais avec l’arrivée du héros Almamy  Samory Touré, le combat entre la France et la Guinée fut engagé. Il a fallut attendre 1898 avec l’arrestation de Samory et sa déportation au Gabon pour voir les empires et le royaume de Dubreka disparaitre à jamais.

Les descendants de Soumba Toumani ont voulu donc montré que l’histoire de la Guinée s’est  bien jouée dans la préfecture de Dubreka et avec  Soumba Toumani. Tout un symbole.

Mohamed Soumah

 

 

 

Partager