Partager

La  présidente des femmes mareyeuses de Guinée, dame  Yarie Camara, connue sur le nom  Yarie Biriqui a comparu  jeudi 26 novembre en sa qualité de partie civile  au tribunal de première instance de Mafanco (Conakry3) dans une affaire d’abus de confiance l’opposant à une certaine Mariama Mara (prévenue).

Selon les explications de Yarie Biriqui, cette affaire devenue abus de confiance tire sa source d’un contrat de vente de motos conclue entre elle et la  prévenue dans ce dossier. « C’est madame Mariam et Hadja Fanta qui sont venues me parlé d’une affaire de vente de moto. J’ai dit que je ne connais pas la vente de Moto. Elles ont fini par me convaincre d’acheter dix motos dans l’espoir de vendre en Sierra-Leone et retourné l’argent dans une semaine. J’ai acheté les dix motos et donné la somme de sept millions de francs guinéens comme transport de ces motos de la Guinée pour la Sierra-Leone. Devant moi, Mariama Mara a appelé son frère en Sierra-leone pour la réception des motos »

Poursuivant, elle déclare que cette dame a passé par des manœuvres pour la convaincre. « Elle m’a fait croire qu’elle travaille avec une entreprise qui l’a fait une commande de dix motos et on l’a même versé le prix de cinq avant livraison. Nous avons conclu de partir revendre pour rembourser mon argent dans une semaine. Mais depuis qu’elle a quitté cela à fait plusieurs semaines avant de revenir sans les motos ni le prix des motos. C’est ainsi j’ai porté plainte dans un commissariat contre hadja Fanta qui m’a mis en relation avec cette dame. C’est elle qui est venue librement signer un engagement pour rembourser  le prix des motos. Elle a payé pour une première fois la somme de deux milles dollars et sept millions de francs guinéens »

Répondant à la question du tribunal par rapport au montant total, elle a dit : « J’ai acheté les dix motos à treize milles dollars (13.000 US). Si nous enlevons les deux milles dollars et sept millions de nos francs, il restera plus de soixante millions de GNF. Je veux le remboursement du reste de mon argent », a-t-elle conclu.

 

Le tribunal à renvoyé l’affaire à quinzaine pour la poursuite des débats

 

Daouda Yansané

664 44 23 43

 

Partager