Partager

Le Programme système qualité de l’Afrique de l’Ouest (PSQAO) veut promouvoir la qualité des produits dans l’espace CEDEAO. Ainsi, à travers son point focal  en Guinée qui n’est autre l’institut guinéen de normalisation et  a organisé les 25  et 26 novembre  2015 à Conakry, une session de formation au profit d’une vingtaine de journalistes et experts en communication.

L’idée de cette formation  est de permettre aux professionnels des médias et experts en communication d’acquérir les connaissances de base sur la qualité. D ans son discours de circonstance, le représentant de la responsable du point focal national du programme système qualité Afrique de l’ouest a déclaré qu’au cours de la présente session, les journalistes auront l’opportunité d’acquérir de nouvelles connaissances dans le domaine de la qualité. « Vous allez vous familiariser aux concepts de la qualité afin d’élaborer des articles de presse ou réaliser tout autre document de presse relatifs à la qualité et notamment ceux portant sur les activités du programme », a lancé M. Yacouba Sylla.

En ouvrant la session, le secrétaire général du ministère de l’industrie, des petites et moyenne entreprises, au nom de son ministre, a salué la tenue de la formation de la vingtaine de journaliste des médias publics et privés sur les questions de qualité. M. Alseny Sylla a insisté sur l’implication des journalistes dans la production des articles de presse devant amener les entreprises à distinguer les infrastructures de qualité . « Les journalistes que vous êtes, vous devez produire des articles devant permettre aux entreprises, commerçants, de savoir qu’est ce qu’une infrastructure de qualité. Quels sont les critères de qualité que les entreprises doivent connaitre pour l’admission des produits guinéens sur le marché européen».

Les formateurs ont dans les exposés dit que l’objectif global  du projet est de contribuer à une intégration graduelle de la région ouest africaine à l’économie mondiale en renforçant l’intégration économique régionale et le commerce, à travers un appui à la  commission de la  CEDEAO  ainsi qu’aux acteurs non gouvernementaux. Ainsi, durant les deux jours, les participants se sont familiarisés avec le concept de qualité  dans l’industrie.  S’agissant de l’Infrastructure qualité (IQ), une communication a été animée par le coordinateur technique national du PSQAO. Pour MONSIEUR Thierno Tafsir Diallo, l’IQ fait référence à l’ensemble du cadre institutionnel nécessaire à la mise en œuvre de services de normalisation, de la métrologie, d’évaluation de la conformité et d’accréditation. Concernant la métrologie, elle comprend tous les aspects théoriques et pratiques des mesurages. Relativement à la certification, M. Diallo a indiqué que c’est une procédure par laquelle une tierce partie donne une assurance écrite, qu’une organisation, un processus, une personne, un produit ou un service est conforme à des exigences spécifiées dans une norme ou un référentiel.

Le but spécifique du projet est de renforcer la compétitivité des entreprises et assurer la conformité aux règles internationales du commerce et aux règlements  techniques, en particulier les Accords de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) sur le Obstacles techniques liés au Commerce (OTC) et les mesures Sanitaires et Phytosanitaires (SPS), à travers l’établissement et/ou le renforcement d’infrastructures nationales et régionales d’appui en matière de qualité et la fourniture de services de normalisation, de métrologie, d’évaluation de la conformité et d’accréditation conformes aux normes internationales.

Les principaux bénéficiaires du programme sont les opérateurs économiques, les structures techniques telles que les organismes de promotion de la qualité, les centres techniques, les laboratoires d’analyse, les services d’inspection, les associations professionnelles, les associations de consommateurs, ainsi que les commissions de la CEDEAO et de l’UEMOA.

Pour rappel, le Programme système qualité de l’Afrique de l’Ouest  a été lancé en novembre 2014 après une première phase (2001-2005) et une deuxième de cinq ans lancée en 2007. Financé par l’Union européenne à hauteur de douze millions d’euros, il vise à renforcer l’infrastructure qualité des Etats de l’Afrique de l’Ouest en vue d’une meilleure efficacité et une meilleure participation au commerce interrégional. Il permettra de créer des centres d’excellence de la qualité et des réseaux d’établissements spécialisés comme des laboratoires et organismes d’évaluation de conformité.

Aly Badara Condé

664 26 20 20

Partager