Partager

L’ambassadeur de France en Guinée et en Sierra Léone, Bertrand Cochery  à travers la Directrice du Programme Alimentaire mondial en Guinée Elisabeth Faure a procédé  vendredi 04 décembre 2015 à la remise d’une partie des dons de la France aux autorités du centre de santé infantile et maternelle de Coléah, dans la commune de Matam. La cérémonie de remise s’est déroulée  en présence de la ministre de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance, Sanaba Kaba et du secrétaire général du ministère de la coopération internationale Daouda Kanté. Elle a  été l’occasion, pour l’ensemble de ces  autorités, de rencontrer le personnel médical et social du centre de santé infantile et maternelle et certains bénéficiaires finaux des dons (parents et enfants).

Ce don est composé de farines, de mais et des sojas fortifiées en lait, en vitamines et divers aliments nutritionnels. La France n’est pas à sa première  en Guinée, en 2014-2015, la France a versé un total de 1,6 million d’euros (environ 12,9 milliards de GNF) au PAM pour la lutte contre la malnutrition en Guinée.

Selon Bertrand Cochery, ambassadeur de France en Guinée et de la Sierra Leone, pour cette année 2015, la France a effectué au PAM un second don qui a servi à l’achat de vivres destinés à la population guinéenne en situation de vulnérabilité : 383,5 tonnes métriques d’un mélange nutritif mais-soja, 19,7 tonnes métriques de plumpy’Dos (une pate énergétique à base d’arachide à haute valeur nutritionnelle),210,3 tonnes métriques d’un mélange de mais=soja lait en poudre et des vitamines, et 203,9 tonnes métriques d’huile végétale fortifiée en vitamine A et D. Ces vivres seront distribués dans environ 95 centres de santé infantile et maternelle dans Conakry, mais également à Forécariah, Dubreka, Coyah, Labe et Kankan.

En 2014, un premier don a été versé au PAM pour lui permettre de mener une opération d’urgence dans le cadre de l’apparition du virus Ebola. Ce don a servi à l’achat de 34 tonnes métriques d’un mélange nutritif mais-soja considéré comme adapté pour  traiter la malnutrition modérée et de 590 tonnes métriques de riz. Cette opération de distribution a permis de limiter la malnutrition infantile et les risques d’affaiblissement physique de toute une partie de la population menacée de marginalisation à cause de l’épidémie provoquée par le virus Ebola. A t-il ajouté

Pour sa part, la directrice du PAM, Elisabeth Faure dira que ces gestes de la France s’inscrivent dans le cadre des partenariats que le PAM a avec la France et beaucoup d’autres organisations comme l’OMS, l’UNICEF pour ne citer celles-ci pour mener des opérations allant dans le sens de la réduction de la malnutrition en Guinée. Cette contribution de la France permet au PAM de poursuivre ses efforts visant à lutter contre la malnutrition en Guinée et à réduire la mortalité maternelle et infantile. Elle permet plus précisément de maintenir l’état nutritionnel d’au moins 14.700 enfants âgés de 6 à 59 mois à un niveau acceptable et de contribuer à la réduction de la malnutrition aiguë et chronique chez les enfants et chez les femmes enceintes et allaitantes.

La ministre de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance, Sanaba Kaba a au nom du gouvernement guinéen remercié la donatrice et le PAM pour leur contribution dans la lutte contre la malnutrition en guinée avant de déclarer je cite: « en guinée comme dans la plus part des pays de la sous=région, nous avons remarqué que la malnutrition reste une problématique préoccupante en raison du fait qu’elle touche toutes les couches et catégories sociales. De par ses conséquences, un enfant sur huit (8) meurt avant l’âge de cinq ans. Des multiples formes qui varient de la malnutrition aiguë dont 212.569 enfants souffrent  en guinée contre 744.028 souffrant de la malnutrition chronique qu’au bout de la chaîne occasionne l’anémie pour 1.636.861 enfant ».

«  Je formule les vœux que d’autres partenaires puissent emboiter le pas au PAM pour élargir l’éventail de l’assistance de manière à permettre que les cibles (les femmes enceintes et allaitantes ainsi que les enfants) continuent de recevoir des farines de mais et de soja fortifiées en lait, en vitamine et divers oligo-éléments » a  t=elle conclut.

La forte mobilisation des mères, enfants bénéficiaires et les femmes enceintes et allaitantes lors de cette remise leur a permis également de bénéficier des messages d’éducation et d’information sur l’utilisation et la préparation des denrées alimentaires distribuées ainsi que d’autres thèmes de la nutrition (allaitement) et de la santé.

Par Facinet Camara

Tel : 666 65 24 00

Partager