Partager

Le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, général Boureima Condé a déclaré ce soir à la radio nationale que les citoyens de Kintinia ont lancé un défi à l’Etat guinéen en refusant à la société aurifère de Siguiri d’exploiter les mines qui sont situées au cœur de la sous-préfecture de Kintinia.

Pour lui, c’est l’Etat guinéen qui a accordé 1 500 km2 à la SAG pour exploitation. A ce titre selon le Ministre général, pas question pour les citoyens d’aller à l’encontre de la volonté du président Alpha Condé et de l’Etat.

Plus loin, il dira que depuis des siècles, cette localité est habitée par les hommes. Mais si l’Etat a besoin d’une portion de terre selon toujours le Ministre, les citoyens ont l’obligation de quitter les lieux et la société a l’obligation de construire de nouveaux logements pour recaser les habitants.

Or selon nos informations, c’est au beau milieu du village et sur  une colline située non loin du centre ville  que la SAG voudrait récupérer. A ce jour selon Mamady Camara, un ressortissant de la sous-préfecture, il n y a ni de villages construits encore moins de maisons construites.

Par ailleurs, il dira que  depuis le 21 novembre, des militaires sont déployés en grand nombre sur les lieux et 15 personnes  arbitrairement arrêtées puisque considérées comme des meneurs sont en prison. Selon Mamady, aucune négociation n’est entamée pour écouter les citoyens de Kintinia.

A écouter le Ministre, on a l’impression qu’il a une connaissance étriquée du droit. A  entendre le général de corps d’armée Boureima, les citoyens n’ont aucun droit mais c’est plutôt  Alpha Condé et l’Etat qui ont le droit de vie et de mort sur les citoyens. Pauvre Guinée.

Qui du président Alpha Condé qui a déployé des militaires à Kintinia ou des citoyens aura le dernier mot pour l’exploitation de l’or  dans cette région ? That is the question.

Mohamed Soumah

Partager