Partager

Comme annoncé par votre quotidien en ligne Guineelive, le procès des six militaires arrêtés le 19 juillet 2011 se poursuit à la cour d’appel de Conakry où siège le tribunal militaire. Il s’agit du général Nouhou Thiam, du colonel Sadou Diallo, des lieutenants-colonels Mohamed Condé, Mamadouba Bomdabon Camara, du lieutenant Kémo Condé et de l’adjudant Mohamed Kaba.

Justement le lieutenant Kémo Condé et de l’adjudant Mohamed Kaba ont été interrogés ce jeudi par le juge Sékou Kéita. Ils ne reconnaissent pas les faits qui leur sont reprochés.

Mohamed Kaba dira qu’il avait été affecté comme chauffeur du Commandant Sidiki Camara, alias Dégaul qui était la garde rapprochée du général Sékouba Konaté. En cette qualité, il s’est rendu au domicile de celui-ci et à deux ils ont rejoint le camp Alpha Yaya Diallo. De là, Commandant Sidiki Camara, alias Dégaul : NDLR : il est décédé a pris la permission  pour rentrer à la maison au motif qu’il est fatigué puisque rentré d’un long voyage du pays profond. Mais puisqu’il y avait des embouteillages, il a exprimé le désir de prendre une moto pour rentrer chez lui. Il a demandé au lieutenant Kémo Condé de lui prêter sa moto tout en lui disant de s’embarquer avec son chauffeur puisqu’ils reviennent avec sa moto. Justement son chauffeur n’est autre que l’adjudant Mohamed Kaba. C’est après avoir déposé la voiture dans la cour du Commandant Sidiki Camara, alias Dégaul qu’ils étaient sur le point de retour au camp puisqu’ils avaient appris que Dégaul avait été arrêté qu’ils ont été eux aussi arrêtés et ligotés par des militaires de la garde présidentielle et bérets rouges.

Le procureur militaire et les avocats de la partie civile se sont évertués à démontrer la culpabilité des prévenus alors que les avocats de la défense estiment que le dossier était vide.

Pour eux, même si les faits de désertion et de violation de consignes militaires reprochés étaient avérés, la peine maximale prévue est de six mois puisque la loi prévoie une peine de 2 à 6 mois. Pourtant, les prévenus sont en prison depuis le 19 juillet 2011.  Alors les avocats de la défense exigent à l’Etat de dédommager les militaires arrêtés qui sont en prison pour rien.

Les débats reprennent le mercredi prochain.

Guineelive

Partager