Partager

Le président Alpha Condé était ce samedi au siège de son parti au quartier Gbessia, non loin de l’aéroport international de Conakry Gbessia

Actualité oblige, le chef de l’Etat s’est exprimé sur la grâce présidentielle qu’il a accordée à 171 détenus dont l’opposant Bah Oury. Sur le sujet, Alpha Condé n’a laissé aucune porte de sortie aux prisonniers comme le commandant Alpha Oumar Diallo, alias AOB, Fatou Badiar, Mamadou Alpha Diallo ou encore Almamy Aguibou Barry qui avaient été condamnés à 15 ans de réclusion criminelle dans l’affaire de l’attaque contre la résidence privée du chef de l’Etat le 19 juillet 2011. 

« Je n’accorderais plus de grâce jusqu’à la fin de mon nouveau mandat. Il faut que les gens respectent la loi  », fulmine le locataire du palais Sekhoutouréah.

Pour fermer définitivement la porte, Alpha Condé dira que ce qui était possible hier ne l’est plus aujourd’hui. Et toc !

Pour le reste du discours, Alpha Condé comme à l’accoutumée, le chef de l’Etat est allé de ses menaces sur les domaines de l’Etat et que sais-je encore.

De là, cap sur le quartier Enta où le président Alpha Condé a posé la première pierre du centre de santé amélioré des maladies épidémiologiques  à Enta nord dans la commune de Matoto.

Financé par la Banque Islamique de Développement à hauteur de 2 millions  de dollars  pour un délai contractuel de 7 mois, ce centre de santé va offrir des soins de santé primaires dans les domaines de la santé maternelle et infantile, assurer l’hospitalisation des cas compliqués dans les domaines de la médecine générale, la pédiatrie, la maternité, la chirurgie générale et des maladies infectieuses.

Ce qui sera un plus dans l’amélioration du cadre de santé des citoyens qui n’auront plus à parcourir de longues distances pour aller à l’hôpital Donka ou Ignace Deen au centre ville de Kaloum.

 

Mohamed Soumah

 

Partager