Partager

Le nouveau premier Ministre, Mamady Youla est un haut cadre mais presque inconnu du grand public. Mais qui a propulsé Mamady Youla presque au sommet de l’Etat ?

De nos investigations, il ressort que Mamady Youla est né en 1961 à Conakry. Il est originaire de la préfecture de Forécariah tout comme le désormais ancien Premier Ministre Mohamed Saïd Fofana.

Mamady Youla très jeune a été confié au vieux El hadj Fodé Doumbouyah qui fait parti de la deuxième génération des intellectuels guinéens. Le vieux Dombouyah lui aussi fils de Forécariah résidait au quartier Bonfi à Conakry. C’est donc chez  El hadj Fodé Doumbouyah que Mamady Youla a trouvé Mohamed Saïd Fofana. Les deux ont donc grandi sous le même toit au quartier Bonfi , selon nos sources.

Les deux ont donc étudié à la fois le coran et  fréquenté l’école française bien que Mohamed Saïd Fofana était le plus âgé chez leur tuteur, El hadj Fodé Doumbouyah qui était très rigoureux sur l’éducation des enfants.

Nommé Premier Ministre le 24 décembre 2010, Mohamed Saïd Fofana a aussitôt approché  Mamady Youla comme son conseiller principal. Il a occupé ce poste sous d’autres primature. La suite est connue.

Mamady Youla était aussi un proche de Kerfalla Yansané quand ce dernier était gouverneur de la banque centrale.

Mais si  Mohamed Saïd Fofana a été Premier Ministre du vivant d’ El hadj Fodé Doumbouyah, ce n’est pas le cas pour Mamady Youla puisque le vieux El hadj Fodé Doumbouyah leur tuteur  est décédé à Forécariah dans sa résidence privée début novembre dernier. Plus précisément dans le quartier Fatako dans la commune urbaine de Forécariah.

Justement Mamady Youla  en reconnaissance des bienfaits a été le parrain lors du mariage du premier fils d’El hadj Doumbouyah.

Il a quitté Forécariah selon nos sources la dernière fois au mois de novembre après le décès de son auteur El hadj Fodé Doumbouyah.

Est-ce à dire que c’est l’ancien Premier Mohamed Saïd Fofana qui a misé sur Mamady Youla pour qu’il soit bombardé Premier Ministre  par Alpha Condé ? That is the question.

 

Mohamed Soumah

 

 

Partager