Partager

Le procès des sis militaires accusés de désertion et de violation de consignes militaires se poursuit à la cour d’appel de Conakry.

Ce mercredi, la cour militaire a d’abord interrogé le lieutenant Mohamed Condé. Sur les circonstances de son arrestation, il dira que c’est feu commandant Sidiki Camara, alias Dégaul qui lui avait demandé de l’accompagner sur la moto à son domicile de Kipé. C’est en cours de route qu’il a été arrêté avec Dégaul, bastonné et torturé avant d’être envoyé dans la cour du président Alpha Condé à Kipé.

Il s’est dit surpris et jure qu’il ne sais rien de cette attaque.

Après lui, c’est le lieutenant-colonel Mamadouba Bomdabon Camara d’etre appelé à la barre. Ce dernier affirme avoir appris la nouvelle à travers une radio étrangère.

Il s’est aussitôt rendu au camp Samory Touré qui est son unité comme le récommande les consignes militaires. Sur place, il a trouvé des généraux à l’époque qui commandait l’armée. Il s’agit de feu général Kèlèfa Diallo, général Boundouka Camara, général Ibrahima Baldé.avec qui il s’est entretenu.

Le Ministre de la défense nationale est venu lui trouver sur les lieux dans le camp. Il est allé rencontré ce dernier aussi. Puis il est sorti pour aller saluer le Ministre de la justice d’alors Me Christian Sow, les Ministres Alhassane Condé, général Mathurin Bangoura et tenter de joindre au téléphone la première dame, Hadja Djènè Condé.  

le lieutenant-colonel Mamadouba Bomdabon Camara asure qu’il a des relations privilégiées avec toutes les personnalités militaires et politiques citées plus haut.

C’est au garage quand il est parti réparer sa voiture qu’il a été appelé par le général Kèlèfa Diallo à se rendre au camp. Il est allé et c’est l’ancien chef d’Etat major général de l’armée qui lui a mis à la disposition d’un officier de la gendarmerie pour des explications. Il s’est finalement retrouvé en prison pour attentat à la sureté de l’Etat. Puis violation de consignes militaires.

Avant la pose, le procureur militaire et les avocats de la partie civile ont posé des questions. Ils se sont interrogés sur le fait que pendant que la vie du président était en danger, lui il trouve moyens de rendre visite à toutes ces personnalités.

A la  reprise, la parole sera donné aux avocats de la défense.

 

Guineelive suit pour vous

 

Partager