Jpeg

Le moins que l’on puisse dire, c’est que une fois n’est pas coutume. L’opposition guinéenne a animé une conférence de presse ce mercredi mais pas sur les sujets politiques mais plutôt sur la situation socioéconomique du pays. L’opposition a parlé essentiellement de la situation économique du pays qui selon elle est lamentable.

Pour commencer, le chef de fil de l’opposition, Mamadou Cellou Diallo a commencé par camper la situation du géant minier Rio Tinto. Et sur le sujet, le président de l’UFDG a déclaré que la tonne du fer était à son plus haut niveau quand Alpha Condé prenait les règnes du pays en 2011 avec 177 dollars la tonne. La société VALE  était prête pour investir 1 milliard de dollars dans le trans-guinéen et les travaux avaient même commencé. Mais puisque Alpha Condé n’est pas le président de tous les guinéens estime le principal opposant au régime Condé, il a cherché à régler des comptes avec les promoteurs de la société Vale qui a été chassé de la Guinée comme un mal propre au profil de Rio Tinto dans la plus grande opacité, crois savoir le conférencier.

Résultat, Rio Tinto a signé un contrat de 700 millions de dollars avec Alpha Condé. « Mais aujourd’hui, pas de trace de cet argent dans les caisses de l’Etat encore moins sur le terrain », regrette le principal opposant.

Plus loin, Cellou affirme que le président Alpha Condé par manque d’expérience n’a pas tapé le fer quand il était chaud. « Il a cherché à régler des comptes en révisant le code minier jusqu’à cinq fois. Et puisque Rio Tinto n’en pouvait plus avec les règlements de compte et autres exigences fallacieuses, il s’est retiré du projet  alors que le prix du fer dégringole sur le marché international».

En un mot, Cellou semblait résumé la situation comme suit: ‘’He who grasps all loses all”, vouloir tout gagner, on risque de tout perdre.

Au Port autonome de Conakry, les opposants au régime guinéen soutiennent que la société qui exploitait le port a été fermée la nuit et le lendemain, un week-end, un décret a imposé le groupe Bolloré pour l’exploitation du port. A ce niveau aussi, Cellou et ses compagnons estiment que la Guinée n’a rien tiré du contrat de gré à gré donné à un ami : NDLR : Vincent Bolloré serait un ami au président Alpha Condé.

Parlant de Sable mining, Cellou a estimé que la corruption a de beaux jours devant elle. Deux pays ont été cités dans le rapport sur la corruption : le Libéria et la Guinée.  Le nom du fils du président Alpha Mohamed Condé est cité par le rapport.

Au Libéria, la justice s’est saisie de l’affaire et des cadres et hautes personnalités du pays furent suspendus et arrêtés. En Guinée « Alpha Condé pour ne rien faire a juste déclaré lors d’une conférence de presse que ses opposants  en veulent à sa personne mais à défaut, ils sont passés par son fils pour  pouvoir l’atteindre avant de déclarer le rapport est nul et commandité ».

Sur ce, le chef de file de l’opposition a estimé que même si la justice guinéenne a ouvert après une enquête, l’affaire de Sable mining ne donnera rien puisque Alpha Condé lui-même est convaincu que c’est un faux dossier. Que dira alors la justice quand on sait que la justice est sous ses ordres, interroge les conférenciers.

Papa Koly Kourouma pour sa part a déclaré que le fils du président Alpha Condé n’est en rien dans cette affaire mais c’est Alpha Condé lui-même puisque il a des rapports  étroits avec le président Congolais Denis Sassou Guessou.

 

Almamy Kalla CONTE

664 26 13 70