Partager

Dans le cadre de la poursuite de la communication gouvernementale, la ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts a animé une conférence de presse dans la matinée de ce 15 août 2016. Entourée de ses cadres techniques, la ministre a,  de long en large fourni des informations sur son département.

Sans langue de bois, la ministre a tout de suite souligné que la situation de l’environnement sur le territoire national est précaire et préoccupante. Cette situation dira l’oratrice se présente comme suit : l’état de dégradation avancé des parcs nationaux ; la forte pression anthropique sur les domaines classés de l’Etat, des collectivités et sur les domaines non classés ; l’accentuation du braconnage dans les parcs nationaux et réserves de faune ; la forte dégradation des infrastructures des parcs nationaux et réserves ; la prolifération des scies tronçonneuses ; l’accentuation de la carbonisation ; la coupe illicite, abusive et anarchique de bois ; la prolifération des fours à briques le long des berges des cours d’eau ; la caducité des textes législatifs et réglementaires et les feux de bois.

Selon madame Kourouma Hadja Christine Sagno, le gouvernement avec l’appui de ses partenaires s’est doté d’un cadre global issu des analyses, programmes, plans et actions environnementales. Parlant du plan de la protection de l’environnement, elle dira que son département a réalisé plusieurs activités notamment : le lancement des opérations de reconditionnement des polychlorobiphényles stockés au port autonome de Conakry ; la mise en œuvre de la convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants en Guinée. En matière de la politique forestière, l’animatrice de la conférence citera comme réalisation dans ce domaine : la révision des codes forestiers et de faune et leur dépôt à l’Assemblée nationale pour leur ratification ; l’envoie des missions de terrain pour l’identification des zones dégradées. Dans le volet assainissement et cadre de vie, l’on a retenu le déclenchement du programme de l’assainissement total piloté par les communautés dans les 8 régions administratives, 740 villages pour une population de près de 500.000 personnes.

Quant au plan stratégique de développement, le ministère a mis en place dans les 33 préfectures, des comités préfectoraux de suivi environnemental et social, et a participé aux missions d’évaluation à mis parcours des programmes et projets de résilience et d’adaptation aux changements climatiques.

Abordant l’épineuse question de reboisement, madame la ministre fera remarquer que son département a fait une prévision de 2.000 hectares de reboisement pour cette année 2016. « Mon département à travers le fonds forestier national et le fonds de sauvegarde pour l’environnement, a réalisé 100 hectares sur toute l’étendue du territoire national. A l’heure où je vous parle, les activités de reboisement continue sur tout le territoire national et à la fin de la campagne, nous présenterons un bilan exhaustif de nos réalisations. Je suis sûre que nous irons au-delà de 100 hectares car la mobilisation de tous les citoyens et citoyennes, de l’administration à tous les nivaux est à saluer » A confié la ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts. Au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, la ministre a touché à tous les secteurs relevant de son ressort.

Pour ainsi rendre notre environnement plus verdoyant, la cheffe de département a dit qu’elle a introduit auprès de nos parlementaires, un projet de loi réhabilitant la loi ‘’Fria’’. Cette loi pour la jeune génération était une mesure du temps de la révolution qui imposait aux citoyens de planter des arbres à l’occasion des cérémonies sociales (mariage, baptême…).

Pour clore la cérémonie, la ministre Sagno a informé la presse du lancement très prochain du prix Professeur Alpha Condé de l’environnement, une manière selon elle de créer de l’émulation entre les citoyens dans la protection de notre environnement, car notre survie sur terre en dépend.

Aly Badara Condé

664 26 20 20

 

Partager