Le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation a t-il gagné son pari de prolonger le processus électoral en Guinée à l’image de la RDC? En tout cas, ça tout l’ère. Au cours des débats de cette cinquième journée, les deux parties au dialogue, pouvoir et opposition sont tombés d’accord  pour l’audit du  fichier électoral.

Sur le sujet, le cahier des charges sera connu avant la fin du mois de novembre prochain. Un comité technique paritaire sera constitué et élaboré à cet effet avec des actions, des activités et l’examen du dossier.

Pour ce qui est du fichier électoral propre, les guinéens doivent encore  patienter. Il faut attendre le 30 juin 2017 pour rendre public le  verdict du fichier électoral. Et un peu plus de patience pour voir le résultat des audits du fichier électoral qui est attendu en octobre 2017.

Alors si c’est le 30 juin 2017 que le travail du fichier électoral sera achevé, les guinéens iront aux élections communales, législatives et la présidentielle de 2020 pour remplacer Alpha Condé à la tête de l’Etat?

A cette question et bien d’autres, le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, général Boureima Condé est à la mallette.

Le général de corps d’armée qui est président du cadre de dialogue en sait peut être quelque chose de ce qu’il prépare avec un document consensuel qui sera signé par l’opposition guinéenne qui est « la plus bête d’Afrique », selon feu Jean Marie Doré.

A moins que la Guinée ne succède à la RDC, République Démocratique du Congo où la date des élections sera toujours rejeté aux calendes grecs.

Quand au président Alpha Condé qui rêve de s’éterniser au pouvoir, il aura toute la latitude de rester.

Mohamed Soumah