Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’année 2016 a tiré sa révérence sur la Guinée avec son cortège de haut et de bas pour les guinéens. Le chef de l’Etat, le président Alpha Condé a, comme à ses habitudes beaucoup parlé. Alpha, a pour le dire en un mot comme en mille promis monts et merveilles aux populations. Malheureusement, au terme des 365 jours de l’année  2016, les guinéens  dans leur grande majorité ne sont toujours pas à bout de leur peine. La pauvreté et la misère noire, selon certains  font toujours partie de leur lot quotidien.

Côté cours, le Premier Ministre, Mamady Youla et certains de ses Ministres comme celle de l’Economie et des Finances, Maladho Kaba, celui du Budget,  Mohamed Lamine Doumbouya, le Ministre des Mines, Abdoulaye Magassouba, celle du Plan et de la Coopération internationale, Mama Kany Diallo, celui  de la Justice, garde des Sceaux, Me Cheick Sakho, pour ne citer que ceux-là ont tiré leur épingle du jeu. Ils ont un bilan appréciable à la tête de leur département respectif.

Pour la première fois, la Guinée a pu mener à terme et dans les règles de l’art,  un programme formel avec les institutions de Bretton Woods (Banque Mondiale-FMI). L’économie guinéenne a un peu repris le souffle même si elle est loin d’être au mieux de sa forme.

En effet, dans le riche secteur minier guinéen, bien que éclaboussé par des scandales à répétition,  l’espoir est permis. La compagnie Chinoise,  Chinalco a repris les actifs de Rio Tinto dans le mont Simandou en région forestière. Il en est de même pour plusieurs sociétés minières qui doivent reprendre incessamment les travaux sur le terrain.

Côté jardin, les guinéens n’ont pas encore vu la fumée blanche se dégager pour améliorer leur condition de vie.

Dans le domaine des Transports, les 200 bus dont 100  acheté par l’Etat avec  l’ancien Premier Ministre, Lansana Kouyaté en 2008 et 100 autres offerts par la coopération chinoise en 2012  ont tous disparu  de la circulation.

Conséquence, les citoyens éprouvent d’énormes difficultés pour se déplacer ou encore se rendre au travail.

Pour ce qui est des routes de Conakry et du pays profond, n’en parlons même pas. Chaque guinéen est libre d’apprécier l’état des routes et à sa juste raison.

Le panier de la ménagère ne se porte pas non plus bien. Et comme pour ne rien arranger, le service du contrôle de qualité n’existe presque pas en Guinée.

Des commerçants véreux proposent toute sorte d’articles aux guinéens. Les dates de péremption  de ces articles comme des sardines, boites de conserves, de jus et autres articles de grande consommation sont changées en cette fin d’année pour tromper les consommateurs.

A ce niveau aussi, pour le dire en un mot comme en mille, les guinéens mangent très mal.

Pour ce qui est de la sécurité, il faut le dire net que les guinéens ne sont pas aussi en sécurité.

Le  préfet de Coyah et celui de Nzérékoré qui  ont reçu la visite des hommes armés et cagoulés puis évacué respectivement sur Dakar et Abidjan pour des soins intensifs sont mieux placés pour  apprécier  l’état sécuritaire du pays.

Qu’en est-il de la situation politique au pays?

Il sera certainement trop dire en affirmant péremptoirement qu’il n’existe pas d’opposition en Guinée. La seule certitude, c’est que les hommes politiques qui apportent la contradiction au président Alpha Condé ne sont plus nombreux.

Le chef de l’Etat guinéen a décimé l’opposition qu’il a réduite en peau de chagrin. En tout cas, les poids lourds ont disparus de la scène politique.

Le leader du PEDN, parti de l’espoir pour le développement national, Lansana Kouyaté a quitté la Guinée depuis des lustres. Il est à des milliers de km des lieux.

Ibrahima Kassory Fofana est bombardé Ministre d’Etat à la présidence chargé des investissements publics et privés.

Sidya Touré est le haut représentant du chef de l’Etat.

Le chef de file de l’opposition, Mamadou Cellou Diallo était le dernier rempart d’une opposition laminée. Mais à voir de très près sa démarche après ses multiples rencontres avec Alpha Condé au palais Sekhoutouréah en public comme en privé, on pourra dire sans aucun  risque de se tromper que certainement Cellou a « mis un peu d’eau dans son vin » pour le plus grand bonheur du président Alpha Condé.

Le député de l’U F D G et porte parole de l’opposition, Aboubacar Sylla, lui aussi a rencontré Alpha Condé au palais Sekhoutouréah. Depuis cette rencontre, sa mission semble être essentiellement consacrée à la défense des accords  politiques du 12 octobre 2016 que certains opposants et citoyens qualifient « d’accord de dupe ».

Justement, ces accords avaient retenu le mois de février 2017 pour organiser des élections locales. Mais à quelques heures de l’année 2017, ni la commission électorale nationale indépendante, en charge d’organiser des élections, ni l’opposition dite Républicaine, encore moins le régime du président Alpha Condé ne parle de l’organisation de ces élections. Même si nous sommes à un mois de février 2017.

Que dire d’un troisième mandat supposé ou réel sur toutes les lèvres, bien que le principal intéressé, le président Alpha Condé ne s’est pas encore prononcé sur le sujet.

Qu’à cela ne tienne, nous disons  » GRAND MERCI »  à vous les millions de lecteurs qui avez choisi  et préféré votre  quotidien en ligne Guineelive.com pour vous informer et informer votre entourage sur les faits marquants et non marquants durant toute  l’année qui tire à sa fin.

Bonne  et heureuse année 2017 à toutes et à tous

 

 

La Rédaction

 

Phone: 664 26 13 70