« Le GPT ne roule pas pour la mouvance, mais on roule avec la mouvance», dixit Sory Sow, vice-président du GPT

By on 3 février 2017
sory

Dans une interview accordée au reporter de votre quotidien en ligne, un des responsables du parti Guinée pour tous (GPT) de Docteur Ibrahima Kassory Fofana, s’est exprimé sur la situation de son parti et certains sujets d’actualité.

Lisez…

Guineelive.com :Présentez-vous à nos lecteurs

Je suis Sory Sow, le vice-président chargé de la communication et du marketing du parti Guinée pour Tous.

Dites-nous comment se porte votre parti ?

Guinée pour Tous (GPT) se porte bien. Il est toujours fidele à son idéal politique qui consiste à avoir une vision républicaine de la Nation. Ce que nous appelons vision républicaine de la Nation, c’est qu’un parti politique doit à un certain moment de l’histoire donnée de son pays, privilégier les intérêts communs de la nation qu’aux intérêts individuels. Prenez les élections présidentielles, naturellement dans une élection présidentielle, il y a beaucoup de candidats, mais tous les candidats ne peuvent pas être Présidents à la fois. Car, il n y a qu’un seul fauteuil, une seule République, une seule Nation donc un seul chef d’Etat. L’idéal du GPT, c’est qu’après les élections quelque soit le vainqueur, l’ensemble des forces vives de la Nation doivent se donner les mains pour privilégier l’intérêt supérieur de la Nation pendant la mandature de celui qui est élu. Cette vision, c’est ce que nous appelons la vision républicaine. Naturellement, cela ne supprime pas nos divergences politiques. On doit garder nos divergences politiques, parce que ces divergences entrainent la vitalité de la démocratie. Au delà de cette vitalité de la démocratie, à un moment donné il faut qu’on réussisse à mettre le Rubicon que personne ne doit franchir au profit de la construction de la Nation. Nous avons un pays commun qui est la Guinée.

Est-ce le GPT n’est pas actuellement inclus dans le RPG-ar-en-ciel ?

Le parti Guinée pour Tous est un parti politique indépendant. Quand je dis indépendant, c’est à dire si vous vous rappelez après le premier tour des élections de 2010, il y a eu beaucoup de partis politiques qui sont partis en alliance avec le RPG pour former le RPG-Arc-En-Ciel. Certains partis se sont carrément fondus dans le RPG, c’est le cas par exemple du parti PLUS de Ousmane Kaba et autres qui se sont fondus dans le RPG pour former le RPG-arc-en-ciel. Le parti Guinée pour Tous est resté en alliance avec le RPG tout en gardant son autonomie. Cela veut dire que le GPT existe en tant que parti politique, structure indépendante, mais en alliance avec le RPG-arc-en-ciel. Voila le statut des rapports entre le GPT et le RPG-Arc-en-ciel.

Si tout se passe comme prévu, les élections locales doivent se tenir cette année. Est-ce que GPT fera des candidatures ?

Naturellement ! Le GPT comme tous les autres partis politiques présenteront des candidats.

Nous pouvons avoir une idée sur le choix ?

Je vous ai dit tant tôt que nous sommes en alliance avec le RPG-Arc-en-ciel pour les élections communales et communautaires. Nous serons encore en alliance avec le RPG-arc-en-ciel. Nous avons reçu des instructions du sommet des deux partis politiques pour que les deux formations politiques travaillent ensemble. Cela demande qu’on aille proposer des listes communes dans lesquelles les candidats des deux partis vont se retrouver. Les candidats du RPG original font se retrouver, les candidats des partis alliés vont se retrouver et nous présenterons une liste commune. le choix des candidats se fera sur des critères élaborés.

Par exemple au sein du GPT, nous avons dit à tous nos militants de la base au sommet que l’identification des candidats ne se fera pas du sommet à la base. C’est l’inverse. C’est-à-dire c’est au niveau du comité de base qu’on va identifier les vrais candidats, parce les élections locales sont des élections dont les enjeux concernent la population à la base. Mieux vaut laisser cette population, identifier l’homme capable de faire face à leur préoccupation que d’imposer quelqu’un qui est politiquement ou économiquement introduit dans les milieux différents. Sinon, celui viendra sera d’abord victime de son milieux parce qu’il ne le connait pas. Au niveau du GPT, le Président Kassory a été très clair. Il nous a tous convoqués en réunion extraordinaire. Il a dit à l’ensemble des responsables que le GPT veut présenter des candidats avec le RPG, mais dans le choix des candidats du GPT, je veux que le travail passe de la base vers le sommet. Que la population elle-même regarde et choisi la personne la plus crédible, compétente, capable de comprendre leur préoccupation et l’a présenté aux responsables. Mais l’effet inverse est totalement interdit par le Président Kassory. Il a fait des mises en gardes claires. Toute immixtion dans le choix des candidats à la base sera synonyme de sanction.

Qu’en pensez-vous de la désignation des conseillers communaux et les chefs de quartiers comme recommande le point 2 de l’accord du 12 octobre2016 ?

Je suis d’accord avec vous. J’ai écouté beaucoup d’intervention. J’ai suivi beaucoup de prise de position des partis politiques. Je comprends les uns et les autres. D’abord, nous sommes en face d’une situation un peu complexe. Il y a la légalité juridique et le consensus national. La légalité juridique voudrait qu’on respecte les textes et les procédures en la matière. Que les élections se passent et non des désignations. Mais dans la construction d’une République, il y a beaucoup de facteurs qu’il faut intégrer. Tout ne peut pas être uniquement dans les textes. Il arrive des moments ou les textes qui sont faits par les hommes au service de ces mêmes hommes n’arriveront pas à faire la satisfaction des uns et des autres. Par conséquent, on peut se retrouver et voir le pour et le contre pour trouver un consensus qui puisse nous permettre de franchir ce cap. Une fois le cap franchi, on peut remettre les bases solides. De ce point de vu, le GPT ne s’oppose pas au fait que cette désignation ait lieu pour la simple raison que cela résulte d’un consensus national. Ce consensus national nous en avons besoin. On ne peut pas construire la Guinéen en affrontant deux blocs. Si on veut construire ce pays, on doit le construire avec un minimum de consensus. La chose la plus grave qui puisse arriver à l’histoire de ce pays aujourd’hui, c’est les violences politiques. Le jour que cela va recommencer tous les indicateurs économiques de ce pays qui sont en train de se pointer à l’horizon vont encore sombrer. Personne n’a à gagner. Ni l’opposition, ni le pouvoir, ni les citoyens lambda. Quelque soit la duré de mandat d’un conseiller communal, d’un chef de quartier, on ne peut pas le comparer à des pertes accumulées, lorsqu’il y a troubles sociaux. Le consensus-là même, s’il ne torde pas la loi, s’il nous permet d’avancer dans la paix, de construire ce pays dans la paix, le GPT souscrit. Car le GPT est fidele à sa vision Républicaine.

Quel est le niveau de préparation du GPT par rapports aux échéances à avenir ?

Le GPT est tout à fait prêt. Le parti était déjà intensément déployé sur le terrain depuis 2016, non pas en prélude à ses élections, le parti était en restructuration profonde. Moi qui vous parle, j’ai conduit la mission du Foutah. J’ai fait toute les préfectures de Foutah avec les consignes claires pour revoir les structures de base au sommet. Depuis 2016, le parti s’est attelé à l’installation de ses comités de base dans les communes de Conakry et dans les différentes préfectures. Aujourd’hui, je peux vous dire que ce processus est avancé plus de 80%. Cela veut dire qu’une élection ne se gagne pas par le sommet d’un parti, mais plutôt une élection se gagne avec les comités de bases. Le GPT est globalement très avancé dans l’installation de ces comités de base. Après ces comités de bases, le parti a installé ses fédérations. Elles sont aujourd’hui opérationnelles sur toute l’étendue du territoire. Techniquement nous nous sentons très prêts. Je tiens à vous dire que c’est à la dernière minute que ce problème d’alliance à été posé. Le GPT était prêt à aller seul. Cela veut dire que notre niveau de préparation est réel.

Quels sont vos rapports actuellement avec le RPG-Arc-en-ciel ?

Vous savez dans une alliance qu’elle soit politique ou électorale, c’est les intérêts qui lient les gens. L’état actuel de notre alliance RPG-arc-en-ciel-GPT sauvegarde les intérêts des uns et des autres. Aujourd’hui le GPT et le RPG-arc-en-ciel forment une équipe, mais dans cette équipe chacun sauvegarde à la fois les intérêts du groupe et les intérêts individuels. Nous voulons à ce que l’alliance aille vers une victoire et seule la victoire permet de garantir les intérêts des uns et des autres. L’alliance RPG-GPT se porte très bien.

Quelle réponse avez-vous pour ceux qui disent que GPT roule pour le RPG ?

Le GPT ne roule pas pour la mouvance, mais roule avec la mouvance. C’est du français, je dis bien on ne roule pas pour la mouvance, mais on roule avec la mouvance. Le GPT est un parti politique fidele à ses textes, à sa ligne politique et l’idéal de son Président. Nous sommes en alliance avec le RPG-Arc-en-ciel. Nous ne roulons pas pour le RPG, mais nous roulons avec.

Alpha est élu par ses pairs à la tête de l’Union Africaine. Quel est votre regard sur cette élection ?

J’ai entendu beaucoup de polémiques sur cette question. Je voudrais une fois de plus inviter les uns et les autres à privilégier l’intérêt supérieur de la nation et surtout l’image de la nation Guinéenne. Nous sommes l’un des pays fondateurs de l’organisation de l’Unité Africaine. Le premier secrétaire fut le guinéen, Diallo Telly. De cette date à nos jours aucun chef d’Etat Guinéen n’a été Président de cette organisation. Vous créez une organisation cela se transforme en Union Africaine et les chefs d’Etats des autres pays gagnent ce privilège de diriger cette organisation pendant une année sans vous. S’il arrive que quelqu’un réussisse à faire même un mandat de cette organisation tous les guinéens doivent en être fiers. Cela va dans l’intérêt de tous les Guinéens. Si l’image de la Guinée sombre, c’est l’image de tous les guinéens qui sombre. Quand l’image de la Guinée brille, c’est l’image de tous les guinéens qui brille. Et aujourd’hui qu’on le veut ou pas, qu’on l’aime ou pas, c’est professeur Alpha Condé qui incarne la République de Guinée. S’il fait l’objet d’une reconnaissance Africaine, c’est la Guinée qui a eu des honneurs et cette reconnaissance. Qu’on soit de la mouvance ou de l’opposition tout le monde doit s’en réjouir.

Pensez-vous qu’Alpha Condé pourra relever le défi ?

Naturellement ! Ne penser pas qu’on aura une baquette magique pour les douze mois avenir. On va utiliser notre culture, notre tradition, notre façon de voir les choses pour amener les uns et les autres à un consensus lorsqu’il y a besoin. On utilisera notre manière de résoudre les problèmes pour amener les protagonistes en cas de conflit ou de différent à comprendre que rien ne peut se résoudre dans la violence tout se règle dans la paix. Ce pays a une histoire. Nous sommes le seul pays de 1958 à nos jours qui a connu une stabilité. Nous sommes le seul pays qui a connu les attaques rebelles aux frontières et qui a résisté. Nous avons une histoire qu’on peut utiliser pour amener les autres à comprendre que l’intérêt supérieur de la nation dépasse les intérêts claniques ou régionalistes. Je suis convaincu que la Guinée fera avancer l’Union Africaine. Le guinéen n’aime pas quelqu’un à sa présence. Professeur Alpha Condé est une bibliothèque vivante. Il a fait toute sa carrière en politique. On peut ne pas aime cet homme, mais il connait beaucoup de chose. Politiquement Alpha Condé n’est pas un oviste.

Quel est votre message pour conclure cet entretien ?

Mon message s’adresse tout d’abord au peuple de Guinée. Je demande au peuple de comprendre quoi qu’on dise on a réussi à élire un président pour un mandat donné, l’intérêt supérieur du pays voudrait que tous les fils et filles se donnent les mains pour accompagner cet homme qu’on a élu à faire le maximum des résultats, parce que seuls les résultats peuvent changer nos conditions de vie à la fois individuelles et collectives. J’en appelle à l’ensemble des acteurs, la population de soutenir le professeur Alpha Condé durant son mandat. Apres lui, on votera un autre et quand ce dernier aussi arrivera je fais le même appel.

A l’endroit des militants et sympathisants du GPT, c’est de continuer la mobilisation. Je leur demande de continuer à travailler à la base, de renforcer solidement les liens à la base, parce qu’un parti politique la force se mesure sur le terrain. Plus on n’est fort sur le terrain, plus on est fort au sommet. La jeunesse guinéenne est souvent utilisée. Mais je vous garanti que Guinée pour Tous nous avons une vision, un idéal clairement exprimé par le Président Kassory. La construction de la Guinée passera exclusivement par la jeunesse. C’est la jeunesse qui pourra changer la donne de ce pays. Et au GPT, nous avons prouvé que nous aimons les jeunes, car le plus jeune député de la République de Guinée et de l’histoire africaine vient de notre parti. Moi qui vous parle, je suis le vice président du parti. Le président Kassory a dit qu’il a besoin des jeunes compétents et capables. Ibramhima Kassory incarne trois choses  qu’il ne faut jamais oublier. Il incarne un amour profond pour la jeunesse guinéenne. Il incarne la compétence. Il est compétent et aime les compétents. Et il n’est pas ethnocentriste. Il ne fonctionne pas avec le schéma ethnique. La jeunesse de Guinée devait se retrouver derrière un homme capable de nous fédérer dans notre diversité.

Entretien realisé par Daouda Yansané

664 44 23 43

 

About guineelive.com

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*