Situation sanitaire : L’ONG Club de l’Avenir de Guinée publie de monitoring sur la ville de Conakry

By on 31 août 2017

Au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi 31 août 2017, à son siège au quartier Madina-Bousoura dans la commune de Matam, l’ONG Club d’Avenir de Guinée a présenté son rapport sur le monitoring sur les services de santé dans les cinq communes de Conakry.

Sous le financement de l’Union Européenne à travers le Programme d’Appui à la Société Civile Guinéenne (PASOC), l’ONG Club de l’avenir a réalisé ce monitoring dans les cinq communes de Conakry, du 1er au 30 juin 2017 auprès des responsables et travailleurs des services de santé communaux et des populations à la base.

Devant des journalistes, M Keffing Kouyaté, président dudit ONG a expliqué l’objectif de ce monitoring est de recueillir les informations sur les services de santé et de les mettre à la disposition de la population. « L’objectif général de cette étude est de recueillir des informations pertinentes, permettant d’informer les populations à la base sur les services de santé en général. Particulièrement, il s’agissait d’obtenir des informations sur la façon dont fonctionnent les services sanitaires, les acquis dont dispose leur commune en matière de structure sanitaire, les difficultés auxquelles sont confrontées les populations à la base en termes de soin de santé primaire. Il consiste à déceler les faiblesses et les points forts des services de santé afin de formuler des recommandations pour leur amélioration »,a-t-il expliqué.

Selon lui, cette étude a porté sur deux catégories de cible dont : Le personnel de santé, les citoyens dans les ménages. « Ce premier groupe cible de trente-cinq (35) personnes dont sept (7) par commune comprenaient entre autre, les responsables communaux de la santé, les techniciens du service et toutes autres personnes exerçant dans ce domaine à qui un questionnaire a été administré. Les informations recueillis auprès d’eux portaient essentiellement sur leur connaissance générale du service, leur budget en prévision et les réalisations en attente, les préoccupations du service et la qualité des services qu’ils rendent », a-t-il précisé.

Concernant les citoyens dans les ménages, il a ajouté que : « Pour un total de cinquante (50) personnes dont dix (10) par commue, ce deuxième groupe cible était constitué des hommes et des femmes dans les ménages. Les informations recueillies auprès d’eux portaient de façon générale sur leur fréquentation des services sanitaires, la qualité de l’accueil qui leur a été réservé, la qualité des orientations et des soins reçus, les frais liés à leur soin et enfin leur désir de retourner en cas de nouvelles maladies ».

A en croire Keffing Kouyaté, le rapport ressort que 14% des ménages sont à plus d’un kilomètre des structures sanitaires, 38% sont à une distance variant de 500m à 1km, aussi 24% habitent à moins de 500m des structures sanitaires.

De son coté, Fodé Camara, le chargé des relations extérieures a fait des recommandations à l’Etat, aux autorités sanitaires et aux partenaires Techniques-Financiers.

A l’Etat et aux autorités sanitaires :

De promouvoir l’accès des citoyens aux services de transport d’urgence médicale (ambulances).

De veiller aux respects des tarifs définis pour les services de santé en général et à la gratuité de l’accouchement et de la césarienne.  Doter les structures sanitaires d’une politique communale de santé et vulgariser les moyens de contrôle du respect des règles de l’éthique et de la déontologie dans les structures sanitaires.

A plus de transparence dans la gestion des ressources sanitaires en passant par la publication de toute la traçabilité des subventions qui leurs sont allouées.

De revoir à la hausse le budget du Ministère de la Santé en termes d’infrastructures sanitaires publiques dans les différentes communes et de veiller aux respects des engagements des cahiers de charges lors des travaux de construction/rénovation ou équipement des infrastructures sanitaires publiques.

Aux Partenaires Techniques-Financiers

Le renforcement des capacités des responsables de services des structures sanitaires en vue d’améliorer la qualité des services. De contribuer à l’amélioration des conditions de prise en charge et de protection des patients hospitalisés.

De soutenir d’avantage les ONG dans les actions de sensibilisations et d’informations des communautés sur les mécanismes d’hygiène et de prévention des maladies.

De développer et promouvoir la prise en charge de certains cas de maladie par les services sociaux et humanitaires.

Il faut noter que l’ONG compte présenté des rapports sur le domaine de l’éducation, les collectivités locales et sur le budget des collectivités.

Daouda Yansané

664 44 23 43

 

 

About guineelive.com

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*