Elections communales : Faute de décaissement, la CENI pourra-t-elle tenir la date du 4 février ?

By on 16 octobre 2017

Le compte à rebours pour la tenue des élections communales à la date du 4 février 2018 a commencé depuis le 7 octobre dernier. La CENI lors de son atelier d’élaboration du chronogramme a clairement indiqué qu’elle a besoin de 120 jours pour atteindre ses objectifs qui ne sont autres que l’organisation du scrutin communal le 4 février 2018.

Depuis le déclenchement du chrono, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) n’a pas bougé d’un iota. Les raisons sont toutes simples. L’institution est confrontée à une difficulté dans le décaissement des fonds liés au budget électoral dont le gouvernement dit disponible (350 milliards GNF)

Dans un communiqué du même gouvernement, on notait le mode de décaissement par tranche et selon les opérations électorales. D’après nos informations nombreux sont les commissaires de la CENI qui ne voulaient pas s’engager dans ce jeu connaissant le gouvernement avec sa lenteur administrative.

La première opérationélectorale était de remobiliser et de renforcer les capacités des démembrements en vue d’une organisation des élections communales réussies et apaisées.Ainsi, les missionnaires procèderont au contrôle de présence effective des démembrements, finaliser l’installation des démembrements, superviser le paiement des arriérés des démembrements (émolument et location), procéder à l’appropriation par les démembrements et les responsables locaux, le nouveau code électoral révisé notamment dans sa partie concernant les élections communales, procéder au remplacement des membres des démembrements décédés ou déplacés, inventorier le matériel informatique, mobiliers et matériels roulants, procéder à l’interview des assistants techniques ( juristes et informaticiens) pour valider leur recrutement.

Cette mission qui devrait commencer à la date du 12 octobre tarde à se concrétiser et sa durée est réduite. De 15 jours, nous apprenons qu’elle durera désormais 7 jours. Problème ? Faute d’argent.

A cette allure, la CENI risque de donner raison aux sceptiques qui ont lancé le défis quant à la tenue des élections à date. Me. Kébé et son équipe sont avertis.

Aly Badara Condé

623 14 01 76

About guineelive.com

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*