Partager
Les travaux du forum international sur les finances publiques lancés jeudi dernier à Conakry ont pris fin ce samedi à Conakry. La lutte contre la corruption qui est loin  d’être gagnée en Guinée était sur toutes les lèvre. la corruption selon les participants empêche tous les efforts de développement du pays: la passation des marchés publics, notamment les travaux publics avec des routes qui coûtent des milliards mais qui résistent difficilement à quatre mois après leur réalisation, pour ne citer que ces exemples.
Lors des travaux donc, les participants venus de la Guinée et de plusieurs pays à travers le monde et institutions internationales ont fait plusieurs recommandations axées sur le partage d’expériences.
Toutefois, l’annonce forte de cette rencontre de Conakry a été sans doute celle faite par le Ministre du Budget, Mohamed Lamine Doumbouya. Il a annoncé la mise à disposition des citoyens de numéro vert pour attirer l’attention des autorités sur les cas de corruption avérés avec des preuves.
Dans son allocution, Mohamed Lamine Doumbouya  a affirmé que dans ses conditions, il ne s’agira pas de dénoncer pour dénoncer. Mais en appelant le numéro vert pour alerter sur un cas de corruption, il faudra absolument avoir des preuves authentiques contre le corrompu ou le corrupteur.
Difficile de dire si le dynamisme du Ministre Mohamed Lamine Doumbouya aura des résultats escomptés sur le comportement des cadres véreux. La seule certitude, c’est que du sommet au bas de l’échelle de l’administration guinéenne, la corruption règne en maitre absolu au pays du président Alpha Condé.
Mohamed Soumah
Partager