Partager
?????????????????????????????????????????????????????????

L’association des  victimes du Camp Boiro a commémoré ce jeudi, 25 Janvier 2018 à Conakry, le 47ème anniversaire de la pendaison des cadres, fonctionnaires et autres sous le pont de Tombo à Conakry et autres lieux du pays, le 25 janvier 1971.

Du point de Tombo, actuellement pont de 08 Novembre jusqu’au Camp Boiro, dans la commune de Dixinn, les manifestants ont bravé le pavé  en scandant ‘’Plus Jamais ça, à bas la dictature de Sékou Touré, à bas le régime du PDG…’’. La cérémonie a prit fin au lieu du crime,  par la lecture de Saint Coran et  par un dépôt de jets de fleurs, pour la mémoire des pendues et toutes les victimes du régime dictatoriale de Sékou Touré. «Depuis 47 ans, nous nous battons au près de  la justice, pour que nos victimes soient réhabilité dans leur droit. Mais, en vain ! Les autorités guinéennes font toujours sourde oreille à ce dossier… »a déclaré une victime à notre reporter.

Voici comment le régime de Sékou Touré a programmé l’exécution des accusés à l’époque. Le 25 janvier 2971 : journée nationale des pendaisons
-le 31 juillet 1971 : Fusillades en série de militaires, officiers, sous-officiers et hommes de troupes.
-le 17 et 18 octobre 1971 : exécutions massives de civils, hauts fonctionnaires de l’administration et d’homme politique.
Ils étaient plus de 80 personnes pendues ces jours-là. Aujourd’hui, l’Association des victimes du camp Boiro réclame corps et âme la justice à l’administration à travers la mise en place de la commission vérité et réconciliation.

Thierno Younoussa

 

Partager