Partager

Le moins que l’on puise dire, l’organisation du Hadj 2017 par le secrétariat général des Affaires religieuses sous le leadership d’El hadj Aly Jamal Bangoura  a été un succès pour la Guinée. C’est la première fois que l’Arabie Saoudite félicite la Guinée et présente ses excuses pour des petits désagréments dont les pèlerins guinéens ont subi lors du hadj 2017 sur la terre sainte de la Mecque. L’information nous a été donnée ce jeudi 25 janvier 2018 par le secrétaire général des affaires religieuses qui rentre d’une mission.

Le Secrétaire Général des Affaires Religieuses,El hadj Aly Jamal Bangoura était en compagnie du  président de  la commission d’appui, le ministre Ansoumane Condé, de l’Ambassadeur, du représentant de l’aviation civile et le chargé du système informatique a  effectué une mission le 11 janvier dernier en Arabie Saoudite. Et arrivée à la Mecque, la délégation guinéenne s’est entretenue avec le ministre saoudien en charge du pèlerinage. Mais, vraiment les autorités saoudiennes ont félicité les autorités  guinéennes, pour les efforts déployés pour la réussite du hadj 2017. « Il n’y a aucune observation faite sur la Guinée. Il n’y a pas de reproche contre la Guinée. Cela est une bonne coopération entre la Guinée et l’Arabie Saoudite » a expliqué le ministre saoudien chargé du pèlerinage à son homologue guinéen.

Mais, la délégation guinéenne ne s’est pas limité seulement à cette félicitation qui lui a été fait par les autorités saoudiennes, elle a profité de cette occasion pour exposer les difficultés que les autorités guinéennes traversent dans l’organisation du Hadj. Comme le problème de la compagnie aérienne, qui a toujours fatigué l’organisation du hadj en Guinée. Le problème est que  le pays n’a pas d’avion. Alors que, si un pays n’a pas son avion, les pèlerins sont envoyés à 100% par une compagnie de la Mecque. Par exemple, le hadj de 2017, la Guinée avait retenu Turks-Airlines à 1500 dollars par pèlerin. Ça c’est le transport. Mais, eux ils ont dit qu’il faut 2000 et quelques. Les autorités guinéennes ont plaidé, mais ils n’ont pas dépassé 1800 dollars. Mais, cela s’est déroulé quand le secrétariat général des affaires religieuses avait déjà fixé un prix. Alors, qui prendra cet écart en compte? Est-ce c’est les pèlerins qui prendront cet écart ? Est-ce c’est le gouvernement ? Voilà pourquoi, les pèlerins guinéens de 2017 ont accusé un petit retard pour la Mecque.

Selon Aly Jamal Bangoura, il a fallu que le Président de la République s’implique lors de sa visite, au cours de laquelle il a rencontré le prince héritier pour avoir l’autorisation d’atterrissage en Arabie Saoudite. Parce que, dit-il, même si on est d’accord avec Turks-Airlines, Egypte-Airlines, voire n’importe quelle compagnie, si tu n’a pas l’autorisation d’atterrissage avec l’aviation civile saoudienne, ça ne peut pas marcher. « Cela a été le premier  point que la délégation guinéenne a soulevé aux autorités saoudiennes. Depuis que le pays est sorti dans la crise de l’épidémie Ebola, le problème de compagnie aérienne a été une obligation mais, cela a fatigué la Guinée alors que, l’islam est dans le corps des  guinéens. Ils sont motivés mais, s’il y a trop de conditions, beaucoup seront découragés. Pourtant, ils veulent aller faire le pèlerinage. Mais vraiment, le tarif qui est fixé ne leur permet pas d’effectuer le pèlerinage à la Mecque. C’est de cela que le Secrétaire Général des Affaires Religieuses, Aly Jamal Bangoura et ses compagnons ont saintement  expliqué au ministre saoudien en charge du pèlerinage », a précisé Aly Jamal Bangoura.

Après avoir écouté avec attention les explications du Secrétaire Général des Affaires Religieuses, le ministre saoudien en charge du pèlerinage dit, qu’il accepte toutes les doléances faites par la délégation guinéenne mais, en même temps, il a demandé à la délégation guinéenne de se voir avec l’avion civile sur le prix. « Et si, sur le marché, le prix n’est pas raisonnable aux moyens des pèlerins guinéens, il accepte que la Guinée cherche un avion qui n’est pas coûteux ». Voilà en quelque sorte, ce qui s’est passé au ministère du pèlerinage entre les autorités guinéennes et saoudiennes sur l’aviation civile.

Concernant les difficultés que les pèlerins guinéens traversent pendant le hadj à Mina et à Arafat, surtout sur l’espace qui est souvent  réservé pour les pèlerins guinéens et le nombre. A ce niveau, Aly Jamal Bangoura dit qu’il y a une différence entre les deux. « L’année dernière par exemple, le nombre des pèlerins étaient supérieur que l’espace qui était réservé. Cela a fallu être une histoire entre les pèlerins. Alors,  le ministre Secrétaire Général aux Affaires Religieuses a invité les saoudiens de trouver une solution idoine face à cette situation. Parce que,  la Guinée ne veut pas que ces pèlerins souffrent encore cette année à la Mecque », relève Aly Jamal Bangoura à notre reporter. Avant d’inviter les autorités saoudiennes, de le dire les capacités des tantes qui seront prévus pour les pèlerins guinéens, qui doivent effectuer le déplacement pour le  pèlerinage de cette année encore. Parce que, nos pèlerins souffrent beaucoup, a fait croire le Secrétaire Général des Affaires Religieuses.

Sur ce point aussi, le ministre saoudien en charge du pèlerinage  dit qu’il n’y a pas de problème à ce niveau. Par exemple, indique le Secrétaire Général des Affaires Religieuses, la Guinée avait envoyé à la Mecque 9.000 pèlerins. Dans les 9.000 pèlerins, à cause de manque de moyens, la Guinée n’a pas pu  respecter  son cota. C’est ce non respect de cota qui fatigue souvent  les autorités saoudiennes.

En dehors cette avancée remarquable, le Secrétariat Général des Affaires Religieuses compte organiser très bientôt, une journée de réflexion sur le hadj en Guinée, pour tirer les leçons sur le hadj passé et projeter sur les prochains pèlerinages à venir.

Daouda Yansané

664 44 23 43

 

Partager