Partager

Au Quartier Dar-Es-Salam en banlieue de Conakry, le syndicaliste Aboubacar Soumah, principal acteur de la grève des Enseignants a été accueilli en grande pompe par sa base dans la soirée de ce vendredi 26 janvier 2017. Devant ses partisans, le syndicaliste a annoncé qu’ils n’iront pas en grève jusqu’à à la fin des élections locales prévues pour le 04 février prochain.

 

Faisant un rappel sur la suspension de la grève passé, il a dit :« Nous avons suspendu la grève à la suite de l’appel lancé par les religieux, nous avons suspendu la grève en donnant un moratoire de deux mois, le moratoire est expiré et nos conditions n’ont pas été satisfaites, donc pour nous, cette logique de grève est toujours établies.  Et comme le virement est fait, il n’y a pas eu d’augmentation, nous, nous attendons les élections pour ne pas qu’on nous fasse porter le chapeau de l’échec des élections, si toutefois, on n’est pas satisfait dans nos revendications, parce que l’État a les moyens, s’il nous paye les 20/100 avec effet rétroactif comme nous l’avons demandé et les 20/100 aussi immédiatement cela fait 40/100, si on nous les paye maintenant, nous acceptons de ne pas aller en grève, mais si on ne les paye pas maintenant, nous allons partir en grève ipso facto et avec aussi la condition d’ouverture de droit de négociation sur les huit millions de salaire de base que nous avons demandé pour les enseignants ». 

Avant de lever la séance, il a remercié les enseignants de Guinée pour leur détermination, tout en les exhortant à poursuivre le combat

Sékou Keita

 

 

 

Partager