Partager

Les manifestations en Guinée font toujours des pertes en vie humaine et des dégâts matériels importants à Conakry et dans certaines villes du pays. La grève des enseignants déclenchée ce lundi 12 février 2018 a occasionné la mort de deux jeunes dont un par balles réelles  et l’autre par suite d’un accident de la circulation sur l’axe Hamdallaye-Bembeto-Cosa, selon un communiqué du gouvernement.

On peut le dire en un mot comme en mille, la justice à souvent du mal à rendre justice pour réparer  les dommages causés. Et pour renverser cette tendance, le ministre de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté, Khalifa Gassama Diaby qui a intervenu sur les ondes d’une radio de la place ce mardi 13 février 2018, a exprimé sa compassion suite à la mort de ces deux jeunes.

Par  ailleurs, il a aussi exprimé sa volonté de soutenir les familles des victimes pour porter plainte contre l’Etat afin que justice soit rendue. « Je vais apporter mon soutien aux familles des deux jeunes tués ‘’ ce lundi 12 février 2018, ndlr ‘’ pour que la justice soit faite. C’est l’Etat qui doit assurer la protection des personnes et de leurs biens. Et si au cours d’une manifestation on en trouve un mort par balle on porte plainte contre l’Etat pour la réparation des dommages. Je vais prendre des avocats pour ces familles pour les permettre de poursuivre cette affaire à la justice », a expliqué le patron du département en charge de l’unité nationale.

Avant de conclure ses propos, le ministre Diaby a dit qu’il a rendez-vous avec un pool d’avocats pour engager la procédure. « J’ai rendez-vous aujourd’hui même à 11heures 30minutes avec les avocats pour mettre en mouvement une action allant dans ce sens », a-t-il promis.

La question qui anime les esprits des guinéens est de savoir si l’idée du ministre Diaby va prospérer.

Daouda Yansané

664 44 23 43

 

Partager