Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est une première victoire pour le syndicaliste Aboubacar Soumah, qualifié il y a peu par le président Alpha Condé et son Ministre Damantang Camara aux réputations sulfureuses.
Lors du premier round des négociations, le gouvernement par la voix du médiateur de la République a reconnus Aboubacar Soumah comme le seul interlocuteur du gouvernement pour parler de la crise qui secoue le système éducatif guinéen depuis trois semaines.
Sous la houlette du médiateur de la République, Mohamed Saïd Fofana le gouvernement a accepté aussi de la levée de la suspension du salaire du secrétaire général du SLECG.
Après plusieurs heures de discussions, les deux parties n’ont npas trouvé d’accord pour la lever du mot d’ordre de grève. Le second round des négociations ont été renvoyées à ce jeudi à partir de 11 heures.
Toutefois, au sortir de la salle des négociations du Palais du Peuple, le syndicaliste Aboubacar Soumah, qualifié de rebelle est resté campé sur sa position sur le payement des 40% avec effet rétroactif : « en ce qui concerne la levée de la suspension de salaire du S/G du SLECG, il a été saisi et notifié par le gouvernement qui est déjà résolu. Demain matin, un acte sera présenté sur la table de négociation ».
Parlant du payement des 40% avec effet rétroactif n ce qui concerne le payement intégral de la valeur monétaire du point d’indice représentant les 40% avec effet rétroactif, « nous ne sommes pas entendus encore. On a dit au gouvernement que ce point est non négociable ».
n’en déplaise donc au très controversé Ministre porte-parole du gouvernement, Damantang Camara.

Guineelive suit pour vous

Partager