Partager
Ils étaient nombreux des juristes et hommes de droit qui ont dénoncé la démarche de la commission électorale nationale indépendante. Cette démarche qui consiste à comparer les procès verbaux des élections locales du 4 février dernier.
Après plusieurs jours de polémiques, le Ministre  de la Justice à trancher.  Me Cheick Sako puisqu’il s’agit de lui a laissé entendre que toutes les contestations sur lesquelles les magistrats ont statuées ne peuvent être remises en cause: « Depuis quelques jours, j’entends dire des choses les plus extravagantes: trouver une solution extrajudiciaire à un problème judiciaire. Comment peut-on corriger une décision de justice par la rue ou par le consensus ?. En Guinée, on est capable de tout, mais moi j’ai pour mission de participer à la construction d’un Etat de Droit. Vous comprendrez que la crête de la légalité et du droit est une ligne rouge à ne pas franchir. Si on ne fait pas confiance aux juges et à la justice de notre pays, si on ne respecte pas les décisions de justice même mauvaises, alors là, c’est la loi du plus fort qui s’impose », crois savoir Me Sako.
La commission électorale nationale indépendante est donc averti.
Naby Camara
Partager