Partager

La préfecture de Boké, située aux bords du Rio Nunez sur la côte maritime de la Guinée s’étend sur une superficie de 334 km2. Elle est localisée dans la partie Nord-Ouest de la Guinée. Les natifs sont des Landoumas dont la langue s’apparente aussi au Baga-Sitemu.
250 kilomètres sépare la ville de Boké de Conakry, la capitale.
Mais depuis l’arrivée du président Alpha Condé à la magistrature suprême du pays le 21 décembre 2010, la ville qui lui vu a fait l’objet de convoitise des grandes sociétés minières à travers le monde. Mais aussi des sociétés Chinoises.
Il est vrai que le gouvernement ne communique jamais sur les activités des sociétés minières dans la zone. En Guinée, personne n’est en mesure de dire combien de sociétés minières évoluent sur le terrain à Boké, comment ces sociétés se sont installées avec quel permis, les montant des tickets d’entrée pour les sociétés minières, combien elles payent au fisc guinéen, ces sociétés ont-elles un impact sur l’Economie du pays, les taxes et autres redevances sont-elles déposés au trésor public ?
Pour répondre à toutes ces questions, votre quotidien en ligne a effectué le déplacement de Boké pour prendre langue avec les natifs de la préfecture. De nos investigations, il ressort qu’il y a actuellement 14 sociétés minières qui évoluent dans la préfecture de Boké.
A la question de savoir comment ces sociétés minières se sont installées dans cette préfecture de 334 km2 seulement ? La société civile répond : « dans la préfecture de Boké, ni le gouverneur, ni le préfet, ni le maire, ni la notabilité n’est en mesure de vous dire comment toutes ces sociétés ont envahie la préfecture avec tout ce que leur arrivée comporte comme risque sur la santé des populations. La bauxite est transporté dans des camions pour trois ports que le régime Alpha Condé a rapidement aménagé dans la préfecture pour transporter la bauxite directement dans ces ports ».
Plus loin, notre interlocuteur affirme que dans la plus part des cas, les cadres véreux de la présidence de la République et le fils unique du président Alpha Mohamed Condé ont négocié avec ces sociétés en dehors de la Guinée pour signer des contrats. La même source indique que l’argent de la transaction serait aussi payé dans les comptes cachés de ces cadres véreux de la présidence et non au trésor Public.
Avec la sainte pagaille qui règne à Boké avec les mouvements des camions, la poussière qui enveloppe la ville, il est très difficile de mettre main sur un patron de société minière. Tout se passe comme si « nous étions dans la cour du ROI Peteau » et tout porte à croire que l’exploitation minière est commandée à partir de Conakry, crois savoir un natif de Boké.
Il est donc temps et grand temps pour le président Alpha Condé et son Ministre des Mines sur la photo de communiquer sur la situation des sociétés minières qui évoluent dans cette préfecture qui risque de foutre le camp sur la carte de la Guinée.
En tout cas, du mémoire des guinéens, le régime Alpha Condé n’a jamais dit aux guinéens le nombre de sociétés minières installées à Boké et le comment, ces sociétés se sont installées, encore moins leur apport au Budget national pour le développement de la Guinée.

Pendant que le président Alpha Condé affirme que les caisses de l’Etat sont vides pour expliquer le refus de satisfaire aux besoins primaires des enseignants, 14 sociétés exploitent la bauxite et le minerais de fer dans la préfecture de Boké. Avec tout ça, les caisses de l’Etat sont vides, raison pour la quelle les enfants sont à la maison.
Où va alors l’argent généré par ces 14 sociétés minières ? Peu être que le département des Mines et de la Géologie répondra à la question.

Guineelive suit le dossier pour vous

Mohamed Soumah

Partager