Partager

C’est sur ce thème que le  plaidoyer de l’Association des Journalistes Unis pour l’abandon des MGF/Excision  à mener une campagne d’information et de sensibilisation à l’intention des patrons de presse à Conakry.

 C’est la Rédaction de l’AGP, agence guinéenne de presse qui a constitué la première étape de cette tournée des membres du bureau exécutif de l’association.

La présidente de l’Association, Mariam Bamba et les membres du Bureau exécutif ont été reçu par le Directeur Général de l’AGP, Alpha Kabinet Doumbouyah.

La présidente de l’Association, Mariam Bamba a noté que la situation des mutilations génitales féminines et les violences faites aux femmes se passe  de tout commentaire en Guinée.

Selon Mariam Bamba, les femmes souffrent au quotidien dans leur chaire. Mieux, a-t-elle fait remarquer, le fait que la Guinée se place au second rang des pays qui pratiquent l’excision. Ce qui  n’honore pas le pays. Surtout que la Somalie qui occupe le premier rang est considérée comme un pays en guerre, qui n’est donc pas normal. Ce qui voudrait dire implicitement que la Guinée occupe le premier rang, regrette Mariam Bamba. Elle a plaidé pour l’implication des patrons de presse pour inverser cette tendance et redonner à la femme toute sa plénitude, puisque la femme doit jouir pleinement de son corps.

Le Directeur Général de l’AGP a déclaré pour la circonstance qu’il adhère personnellement à la démarche de l’association.  Alpha Kabinet Doumbouyah a, en outre invité les journalistes de l’agence guinéenne de presse à être au coté de l’association pour endiguer le fléau qui n’est pas un signe de propriété et d’hygiène.

 Selon Alpha Kabinet Doumbouyah, l’agence guinéenne de presse qui est en ligne depuis des années est membre des grandes agences du monde.  « Ce qui revient à dire que nos informations sont lues partout dans le monde », rassure le directeur général de l’AGP.
 Alpha Kabinet Doumbouyah a en outre signalé que la question est pertinente et qu’il fallait à tout prix travailler sur la reconversion des mentalités. Les femmes a-t-il déclaré doivent jouir pleinement de la vie d’où la légitimité du combat.
Il a enfin demandé à l’association d’impliquer les mères et pères de famille dans le combat. Avant de tenir la ferme promesse de consacrer désormais des articles sur le sujet pour requérir l’adhésion de tous.

Les journalistes ont ensuite été reçus par la Direction générale de la RTG. Avec le directeur général, Sékouba Savané, son adjoint, Fana Soumah et le directeur de la télévision nationale, Fodé Tass Sylla, la présidente de l’association, Mariam Bamba a tenu  le même discours. La gravité de la situation des mutilations génitales féminines et les violences faites aux femmes.

Mariam Bamba a souligné la nécessité de faire de ce sujet la priorité dans les colonnes des journaux, des sites et la Une dans les éditions d’informations dans les radios et télévisions du pays. Pour elle, le traitement comme sujet divers n’est pas une bonne chose.

 La RTG étant un medias du service public, Mariam Bamba a noté que l’implication de la radio et de la télévision nationale dans le combat va  pousser les autorités à matérialiser la volonté politique par l’engagement et des actes concrets pour siffler la fin de la récréation.
 Le  directeur général, Sékouba Savané, qui semblait avoir des informations sur le sujet a déclaré qu’avec 96% de pratique de l’excision, le combat qui est mené pour l’abandon de la pratique depuis une trentaine d’année n’a pas donné de résultats escomptés. Il a souligné la nécessité de ne pas abandonner le combat puisque le bien être des femmes en dépend. Sékouba Savané a promis d’impliquer les responsables de la RTG dans le combat pour que des articles soient régulièrement consacrés sur le sujet dans les éditions d’information.

Dans la matinée du mercredi, l’association a été reçue par le Président de l’URTELGUI, union des radios et télévisions libres de Guinée. Avec Sanou Kerfalla Cissé, les débats ont porté sur le même sujet.

 En réponse aux propos de la présidente de l’association, Sanou Kerfalla Cissé a souligné qu’il adhère au combat. Pour conférer au combat l’adhésion de tous, il a demandé aux membres de l’association d’assister à l’Assemblée générale de l’URTELGUI qui regroupe tous les patrons de presse des radios et télévisions privées. Devant les patrons de l’audiovisuelle qui étaient tous présents à cette assemblée générale, une quarantaine au total, la présidente de l’association a passé le meme message.

A propos, les patrons des radios et télévisions privées du pays  ont promis de d’engager dans le combat qui reste légitime pour le bien être des femmes.

Ce fut en outre le tour du président de l’AGEPI, association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante et le président de l’AGUIPEL, association guinéenne de la presse en ligne de recevoir les membres du bureau exécutif de l’association.

Moussa Ibn Conté de l’AGEPI et Amadou Tham Camara ont aussi promis au nom des medias qu’ils représente pour mener le combat contre l’excision avec  l’Association des Journalistes Unis pour l’abandon des MGF/Excision.
Guineelive
Partager