Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la crise qui secoue le système éducatif guinéen a atteint des sommets inquiétants. La commune de Kaloum, jadis havre de paix s’est presque levée ce lundi pour exiger l’ouverture des classes.
Des manifestants pour la plus part des femmes et enfants ont mis le feu aux pneus au marché Niger sur l’avenue de la République avant de se diriger vers le palais Sekoutouréah. Ce, avec des propos déplacés, injures et autres grossièretés à vous coupez le souffle.
Selon notre reporter, la garde présidentielle est sortie de la cour du palais Sekhoutouréah pour se poster devant des Pick-Up devant le palais. En quelque sorte, un face à face entre la garde présidentielle et les manifestants pour la plus part des femmes et enfants.

Guineelive suit pour vous

Partager