Partager

Les violences du mercredi consécutives à la journée ville morte appelée par l’opposition ont fait deux morts, plusieurs blesses et des dégâts matériels importants. Principalement dans la commune de Ratoma.
Ainsi, le domicile privé du Professeur Thierno Mohamadou Diallo sis au quartier Wanindara T5 dans la commune de Ratoma a été vandalisé mercredi par des forces de défense et de sécurité lors de la manifestation.
La station d’essence Shell situe en face de la maison a été mis à sac avant que les forces de défense et de sécurité ne s’attaque au domicile.
Sur les circonstances du drame, la victime affirme que dans sa famille Doumbouyah, des militaires sont venues trouve une femme vendeuse de riz. Ils ont versée son riz à terre ainsi que les aliments de plusieurs femmes de la concession qui préparaient les repas de midi au moment de leur arrivée. Ils se sont en outre attaques à la maison du Professeur Thierno Mohamadou Diallo, enseignants chercheurs à l’université General Lansana Conte de Sonfonia.
Pire, les forces de défense et de sécurité selon la victime ont aussi porte main sur les membres de sa famille.
Bien que la victime n’a pas encore évalué les pertes, tout porte à croire que les dégâts sont immenses et pourraient s’évaluer a plusieurs dizaines de millions GNF.
Face à cette situation, la victime appelle réclame justice. Mais cet appel du Professeur Thierno Mohamadou Diallo risque de tomber dans des oreilles de sourds et pour cause. En Guinée, les autorités ouvrent toujours des enquêtes face aux violences et autres barbaries des forces de défense et de sécurité. Mais ces violences ne sont jamais sanctionnées.

Guineelive

Partager