Partager

Décédé le 26 mars 1984, le peuple de Guinée a commémoré ce lundi 26 mars 2018, la disparition d’Ahmed Sékou Touré, premier président de la Guinée indépendante. A cette occasion, plusieurs personnalités et compagnons de lutte de l’indépendance ont pris part à cette cérémonie commémorative.

Le reporter de votre quotidien en ligne, qui a pris part à cette rencontre certaines personnalités qui ont accepté de témoigner sur Sékou Touré.

C’est le cas de Oumar Marico, président du parti SADI et député à l’Assemblée Nationale du Mali.

« Je suis en Guinée par panafricanisme. J’ai rencontré le président Ahmed Sékou Touré en 1981 ici même. Le 22 août 1981, j’ai eu une séance de travail assez importante avec lui. Je retiens de lui, sa simplicité, son engagement pour son peuple et pour l’humanité. Quand il disait que sa démocratie était plus avancée que celle des pays européens, on rigolait. Mais en réalité, on rigolait de notre propre ignorance. On riait de notre aliénation mentale qui faisait que nous ne sommes jamais grands face à nos anciens colonisateurs. Et c’est ce qui fait d’ailleurs le mal de l’Afrique francophone ».

Mohamed Touré, secrétaire général du PDG-RDA : « Je ne suis pas ici en tant que  fils biologique du président Ahmed Sékou Touré, c’est le parti démocratique de guinée, le parti libérateur de cette nation dont j’ai la lourde responsabilité de diriger aujourd’hui cette cérémonie.

Tous les enfants de Guinée sont les enfants d’Ahmed Sékou Touré sans exception. Tous les enfants d’Afrique, ils  sont les enfants d’Ahmed Sékou Touré, il nous l’a enseigné et l’a dit.

Nous n’avons pas évolué à la présidence, j’ai évolué dans toutes les villes de la Guinée. Le président Sékou a été défini à juste titre comme étant l’homme du peuple. C’est  n’était pas par prétention, ce n’est pas  lui qui a voulu, c’est parce qu’il a su incarner toutes les valeurs cardinales du peuple africain à travers le peuple de Guinée ».

Poursuivant son intervention, il a dit : « Le président Ahmed Sékou Touré n’était pas seul, il était avec ses compagnons de lutte, parce qu’il faut reconnaitre la valeur de tout le monde, surtout  le peuple de Guinée tout entier. Il a mis un système en place qui était un système humain, un système qui a permis l’éclosion et l’émancipation du peuple de Guinée et du peuple du monde ».

Kabinet Kaba  

622 95 31 63

Partager