Partager

La Fifa a dévoilé, ce jeudi 29 mars, les noms des 36 arbitres principaux et des 63 assistants retenus pour la Coupe du monde 2018. Pour la première fois, six arbitres principaux sont issus du continent africain. Un seul, le Gambien Bakary Gassama, a déjà officié en Coupe du monde. Découvrez les six arbitres principaux et les dix arbitres assistants sélectionnés.

La Coupe du monde 2018 approche à grands pas. A deux mois et demi du début de la compétition en Russie (14 juin-15 juillet), une première liste a été dévoilée. Il faudra attendre encore un peu pour connaître les listes des joueurs sélectionnés des cinq pays africains qualifiés (Egypte, Maroc, Nigeria, Sénégal et Tunisie), mais on connaît déjà les 36 arbitres principaux et les 63 arbitres assistants retenus pour officier durant la compétition.

Bakary Gassama, le plus expérimenté et le plus reconnu

La Commission des arbitres de la Fifa a publié sa liste ce jeudi 29 mars. Et pour la première fois dans l’histoire du Mondial, six arbitres issus de la Confédération africaine de football (CAF) sont sélectionnés en temps qu’arbitres principaux. Le précédent record datait du Mondial 2002 au Japon et en Corée du Sud, où cinq arbitres africains avaient officié.

Pour cette édition 2018, le Gambien Bakary Gassama (39 ans) sera l’un des plus expérimenté. Parmi les six retenus, il est le seul à avoir arbitré un match – une rencontre de poule entre les Pays-Bas et le Chili – lors de la dernière Coupe du monde 2014.

A son actif, on compte aussi plusieurs matches des Jeux olympiques 2012, la finale de la CAN 2015, plusieurs finales de la Ligue des champions CAF et un match de la Coupe des Confédérations 2017. Récemment, Bakary Gassama a encore arbitré la finale du CHAN 2018. L’International Federation of Football History and Statistics (IFFHS), cabinet d’études sur le football reconnu, l’a classé 13e meilleur arbitre du monde en 2017.
Beaucoup d’expérience en Afrique, un peu moins au-delà

Les cinq autres arbitres principaux africains sont l’Algérien Mehdi Abid Charef (37 ans, le plus jeune des six), le Sénégalais Malang Diedhiou (44 ans, le doyen des six), l’Egyptien Ghead Grisha (42 ans), le Zambien Janny Sikazwe (38 ans) et l’Ehtiopien Bamlak Tessema Weyesa (38 ans). Malang Diedhiou et Ghead Grisha ont arbitré lors des Jeux olympiques 2016. Janny Sikazwe, comme plusieurs des autres « hommes au sifflet » retenus, a arbitré des finales continentales, et plus récemment la finale de la Coupe du monde des clubs 2016 et la finale de la CAN 2017.

Pour rappel, selon le règlement de la Fifa, les arbitres doivent être âgés d’au moins 25 ans. La Fifa autorise plus rarement les arbitres de plus de 45 ans, mais elle se réserve le droit d’exiger d’eux des évaluations techniques, des examens médicaux et des tests physiques supplémentaires.

Sur les 63 arbitres assistants, dix sont issus de la CAF: le Marocain Redouane Achik, le Soudanais Waleed Ahmed, le Burundais Jean-Claude Birumushahu, les Sénégalais Djibril Camara et El Hadji Malick Samba, l’Angolais Jerson Emiliano Dos Santos, l’Algérien Abdelhak Etchiali, le Tunisien Anouar Hmila, le Kényan Marwa Range et le Sud-Africain Zakhele Thusi Siwela.

Un séminaire est prévu pour les arbitres durant deux semaines fin avril en Italie. La Commission des arbitres désignera ensuite quels officiels tiendront les rôles d’assistants vidéo. Tous seront suivis attentivement et un ultime séminaire se tiendra à Moscou dix jours avant le début du Mondial.

Source: RFI

Partager