Partager

Dans un décret rendu public jeudi soir à la télévision nationale, le président Alpha Condé a entériné le renouvellement mardi dernier des membres du bureau exécutif de l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains, INIDH.
Par ce décret, les cinq membres élus bien que contesté deviennent de facto les dirigeants de l’institution. Alia Diaby, Président, l’ancien Ministre de l’Information Boubacar Yacine Diallo a été élu au poste de vice-président chargé de l’administration par acclamation.
Facely II Mara, vice-président chargé des relations avec les institutions, Fatoumata Morgane élue rapporteur générale et enfin Dr Aly Cissé à la questure.
Ainsi, Alia Diaby qui a quitté récemment la Cour Constitutionnelle a été bombardé Président de l’institution sans aucune autre forme de procès et pour cause. En quittant de l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains, il y a trois ans, il perdait automatiquement ses droits de membre au sein de l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains. Quelle acrobatie aura donc permis à Alia Diaby de devenir membres de l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humains ?.
Il faut dire que par la « baraka » du président Alpha Condé, Alia Diaby est redevenu membre puis Président de l’INIDH.
Et comme on pouvait s y attendre, son concurrent à ce poste Maitre Frédéric Foromou Loua a crié à l’ethno stratégie du régime Alpha Condé qui aurait donné des instructions aux membres pour ne pas voter pour un forestier, mais plutôt un malinké.
A propos, il est difficile de donner raison à Maitre Frédéric Foromou Loua. La seule certitude, c’est que à voir la composition de cette institution avec les 29 membres qui l’a compose, presque 90% sont des maninkas.
En attendant, Alia qui a fait parler de lui à la Cour Constitutionnelle, pourra régner sur cette institution comme il voudra avec la bénédiction du président Alpha Condé.

Mohamed Soumah

Partager