Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que depuis l’arrivée du président Alpha Condé à la magistrature suprême du pays le 21 décembre 2010, la Guinée ne se porte pas bien. Ce, aussi bien sur le plan économique, social que politique.
De dialogue politique en dialogue politique, de contentieux électoraux en contentieux électoraux, de médiation en médiation, le chef de file de l’opposition guinéenne et patron de l’UFDG en a marre. Il l’a dit ce samedi lors de l’assemblée générale de son parti.
Pour Mamadou Cellou Diallo, dans les conditions normales, on ne doit pas faire de dialogue politique. « Nous sommes un pays dans lequel, chaque année, il y a un dialogue politique. On ne peut pas gérer un pays avec des dialogues politiques. La loi est claire, l’organisation des élections ne doit pas dépendre de l’humeur du chef de l’Etat. Cela relève du domaine de la loi. En élisant les citoyens dans les communes, à l’Assemblée, à la Présidence, on sait que le mandat est de cinq. Mais, Alpha Condé n’a jamais organisé une élection crédible », martèle Mamadou Cellou Dalein Diallo.
Le chef de file de l’opposition a aussi donné une dose à la presse nationale : « Les débats continuent dans les médias pour dire qu’il ne faut pas qu’on viole la loi. Mais je pense bien que la violation de la loi, c’est la falsification des résultats issus des urnes contrairement au choix des citoyens ».
Le président Alpha Condé appréciera sans doute.

Ousmane Cissé

Partager