Partager

Au total, 18 machines de dernière génération viennent d’être mises à la disposition des autorités du Ministère de la santé pour parer aux problèmes pressant de la prise en charge efficace des malades en Guinée.
Il s’agit des appareils anesthésistes performants que que la Guinée à bénéficier de l’ONG JHPIEGO en partenariat avec Grandian Health Systems, appuyé par l’USAID, agence américaine pour le développement international.
Ces 18 appareils ont été distribués dans dix (10) hôpitaux préfectoraux, dont deux dans les régions et deux pour les CMC, centre médical communal de la capitale Conakry, précisément dans les CMC de Matam et Ratoma.
Ces appareils anesthésistes fonctionnent avec ou sans électricité et oxygène médical dans des hôpitaux où la pénurie de gaz médicaux comprimés et les coupures de courant électrique sont récurrentes. Cet état de fait corrigé par la coopération américaine paralysait non seulement les machines conventionnelles, mais aussi le bon fonctionnement des structures sanitaires pour la prise en charge des patients.
Ces machines anesthésistes constituent le premier dispositif marqué CE de ce type.
Pour ce qui est de la composition, ces machines comportent un concentrateur d’oxygène intégré, des options de ventilation automatique et manuelle et une surveillance du patient et de l’oxygène grâce à une batterie de secours.
En cas de panne d’électricité et s’il n’y a pas de source d’oxygène disponible, l’UAM passera sans difficulté en mode « Draw-over » pour assurer l’anesthésie. Ce qui permet d’éviter des interruptions, des reports ou le renvoi des interventions chirurgicales.
Pour se familiariser avec ces machines ultra performantes, les donateurs ont organisé une formation à l’endroit des agents anesthésistes issus des quatre régions naturelles du pays. Durant deux jours donc, les anesthésistes du pays ont appris les notions sur le mode de fonctionnement et d’utilisation de ces nouveaux appareils.
Le CMC de Matam a été le premier centre où ces machines ont été mises à l’essai avec l’assistance apportée aux femmes qui accouchaient.
Le but de cette nouvelle technologie médicale pour les hôpitaux est de transformer l’impact des équipements médicaux sur les hôpitaux en Afrique.
Le projet est financé par l’USAID à hauteur de 24 millions de dollars.
Par ailleurs, HSD est un projet bilatéral qui œuvre depuis 2016 dans l’amélioration de la qualité des prestations des soins intégrés dans les domaines de la santé néonatale et infantile et de la planification familiale. Une logique qui s’inscrit en droite ligne du système de relance du secteur de la santé instauré par le gouvernent guinéen.

Aminata Bah

622 63 78 98

Partager