Partager

A l’instar des autres pays, les journalistes de Guinée ont célébré ce jeudi 3 mai 2018, la journée internationale de la liberté de la presse sous le thème : « Medias, Justice et Etat de droit : les contrepoids du pouvoir ».

Le chef de l’Etat guinéen, des ministres conseillers et certains diplomates ont décidé de célébrer cette fête auprès des journalistes à la maison de la presse de Guinée sise à Coléah dans la commune de Matam.

Contre toutes attentes, le président de la République, Pr Alpha Condé a manifesté sa colère contre le classement de la Guinée au 104ème rang mondial des pays respectant la liberté de la presse par l’ONG Reporter Sans Frontière.

Devant des centaines de journalistes et des diplomates venus pour la circonstance, le président Condé a dit : « la Guinée est classée 104ème  en terme de respect de la liberté de la presse par Reporter Sans Frontière derrière les pays comme la Mauritanie. La Guinée ne  mérite pas ce classement. Mais, est-ce que vous êtes levez pour démentir ce classement ?nous avons enregistré beaucoup d’efforts en matière de liberté de la presse, mais vous ne montrer pas ça à la face du monde ».

Plus loin, le patron du palais Sékhoutouréya ajoute : « C’est parce que vous présentez une mauvaise image du pays, c’est pourquoi RSF se permet de faire ce classement. C’est vous qui ont donné  ces informations à RSF et c’est sur la base de ces informations qu’elle fonde son classement. C’est vous qui êtes à la base de ce classement ».

Et d’ajouter : « Depuis que je suis au pouvoir, est-ce qu’un journaliste a été arrêté et emprisonné ?

Des choses se passent ici, si vous le faites au Sénégal ou en Côte d’Ivoire, on vous arrête. Depuis que je suis au pouvoir, je n’ai jamais porté plainte contre un journaliste pour injure ou diffamation. Si on respectait la loi comme il faut, beaucoup d’entre vous allait se retrouver en prison. Tant que vous ne changez pas votre façon de faire, je n’apporterai aucune aide à la presse ».

Daouda Yansané

664 44 23 43

Partager