Partager

Dans la définition de ses actions prioritaires, le Ministère de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté conscient du passé peu reluisant de la situation des droits de l’Homme en République de Guinée a estimé utile de doter le pays d’une Lettre de Politique Nationale de Promotion et de Protection des droits humains.

Pour ce faire il a initié un  processus dynamique appelé Etats Généraux des droits de l’Homme qui constitue un moment d’analyse et de définition des grandes orientations de l’ambitieux projet de construction d’une société respectueuse de la dignité humaine. Ce processus s’inscrit dans une démarche participative de consultations menées du 02 Septembre  2015 au 17 octobre 2016 avec l’accompagnement technique et financier du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH) et du  Fonds de Consolidation de la Paix (PBF).

Cette démarche est  menée aussi bien auprès  des autorités locales qu’une diversité des acteurs non étatiques à tous les niveaux notamment les organisations de la société civile, dans le but d’identifier les problèmes liés aux droits de l’homme en Guinée.

Dans cette  perspective, une autopsie des droits de l’Homme à travers une lecture verticale de notre histoire semble être la  démarche appropriée  capable d’apporter des solutions majeures à la problématique des droits de l’Homme en Guinée.

Cette démarche parait également la plus objective en vue d’opérer un changement qualitatif dans les esprits et les modes  de pensée des administrateurs et des administrés dans leur volonté commune de faire des droits de l’homme un aspect essentiel du vécu collectif de la société guinéenne .

C’est pourquoi la réalisation des ETGDH  doit s’appuyer sur un double niveau :

– Une analyse du bilan concernant : les différents régimes, les mutations intervenues au sein de la société guinéenne, les différentes formes de violations constatées, les causes et les conséquences de ces violations

-Des projections à travers : la capitalisation des résultats, la définition des grandes orientations à travers l’élaboration d’une Lettre de Politique Nationale de Promotion et de Protection des droits humains.

De façon spécifique la réalisation des ETGDH a pour objectifs

  • De faire participer toutes les couches de la société à l’identification des questions liées à la problématique des droits de l’homme en Guinée.
  • D’amener les populations à se prononcer sur les conséquences des violations des droits de l’homme
  • D’impliquer les populations au processus de formulation des politiques publiques.
  • De faire prendre conscience aux populations les enjeux liés à la problématique des droits de l’homme
  • De sensibiliser les populations sur leurs droits et leurs devoirs
  • D’élaborer un plan stratégique de mise en œuvre des orientations du gouvernement en matière de promotion et de protection des droits de l’homme
  • De Poursuivre le travail de concertation entre la Société civile, l’Etat et les Partenaires techniques et financiers sur la question des droits de l’homme et de la citoyenneté en Guinée

C’est ainsi que les consultations se sont déroulées dans les toutes régions administratives du pays et permis de produire  un   rapport diagnostic  national qui décrit les principaux résultats ainsi que la méthodologie utilisée. Ces résultats  ressortent de la perception des populations sur les droits de l’homme en République de Guinée.

Les résultats  du rapport font état de l’existence d’un cadre juridique et institutionnel certes insuffisants, mais favorables à la jouissance des droits de l’homme .Par contre le rapport diagnostic renseigne que les difficultés persistent et de nombreuses situations de manquement aux droits de l’homme sont signalées dans différents domaines.

Enfin le rapport diagnostic présente des recommandations formulées sous forme de propositions d’actions ou de mesures à prendre pour améliorer la situation des droits de l’Homme en Guinée dont entre autres :

La poursuite  des auteurs de toutes les formes de violations graves des droits de l’homme y compris celles basées sur l’origine sociale ;

La lutte contre l’impunité au sein des forces de défense et de sécurité ;

La formation/sensibilisation sur les droits de l’homme et la citoyenneté ;

La diffusion et vulgarisation des textes de loi relatifs au droit à la succession ;

La promotion du principe de laïcité et de la tolérance religieuse

La mise en œuvre de politiques pertinentes et efficaces de protection des couches vulnérables ;

La poursuite du processus de réconciliation nationale afin d’apurer le passé douloureux de la Guinée ;

L’accès des femmes à une formation de qualité

C’est autour de ce rapport diagnostic national que   le  Ministère de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté en collaboration avec Search For Common Ground (SCFG) sous financement de l’Union Européenne réunira 130 participants des acteurs étatiques, de la société civile, d’universitaires, des délégués des 33 préfectures du Pays et les partenaires techniques et financiers du 23 au 25 Mai 2018 à Conakry  afin de doter la Republique de Guinée de la Lettre de Politique Nationale de Promotion et de Protection des Droits de l’homme.

Le Ministère de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté

 

 

Partager