Partager

Le Président Alpha Condé a certes mis sur pied les 13 institutions républicaines prévues par la constitution guinéenne. Toutefois, tout porte à croire que le chef de l’Etat guinéen qui est pourtant juriste de formation ignore tout ou presque des lois et règlements intérieurs qui régissent le bon fonctionnement des 13 institutions républicaines que compte le pays.
Ainsi, le chef de l’Etat est obligé de revenir sur son décret du 4 mai 2018 qui nommait Mamady Diawara comme Procureur de la République, Près la Cour d’Appel de Conakry.
A propos, avant de nommer Mamady Diawara à ce poste, le président devrait se servir de l’article 109 de la Constitution qui stipule que : « Les magistrats du siège, les magistrats de parquet et ceux de l’administration centrale de la Justice sont nommés et acceptés par le Président de la République. Cette nomination se fait sur proposition du ministre de la Justice après avis conforme du conseil supérieur de la magistrature ».
Le chef de l’Etat était dans l’obligation donc de consulter le Conseil Supérieur de la Magistrature qui a donné un avis sur la nomination de Mamady Diawara. Ce magistrat de siège qui officiait  jusque là au Tribunal de Première Instance de Dixinn a été donc jugé compétent et intègre pour occuper ce poste, selon le Conseil Supérieur de la Magistrature.
Alpha Condé a donc annulé le décret du 4 mai ce 8 mai 2018 avant de prendre un autre pour confirmer Mamady Diawaya au poste de Procureur de la République Près la Cour d’Appel de Conakry.
Ce qu’il fallait donc faire.

Almamy Kalla CONTE

664 26 13 70

Partager