Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le président Alpha Condé est champion dans la politique politicienne et même ses adversaires politiques le reconnaissent.
Après plusieurs « grandes gueules » et autres personnalités qui le vilipendaient, le président Alpha Condé a fini par avoir le président du parti NFD, Nouvelles Forces Démocratiques. Mouctar Diallo puisqu’il s’agit de lui est aussi tombé dans les filets du Chef de l’Etat et de sa politique à sens unique.
A l’occasion des journées nationales du paysan, tenue cette année dans la capitale de la Guinée forestière, les observateurs ont été stupéfait de remarquer la présence de Mouctar Diallo aux cotés du président Alpha Condé à N’Zérékoré.
Pour le dire en un mot comme en mille, c’est un autre Mouctar Diallo qui a été vu à Nzérékoré. En tout cas, pas celui qui vilipendait le président Alpha Condé et son régime. Interrogé par les medias, ce nouveau Mouctar Diallo dit appartenir désormais « à une opposition positive qui accompagne les bonnes actions dans le cadre du développement de la Guinée ». Et tout naturellement, les langues se délient.
Pour cette occasion donc, Alpha Condé a montré son habileté et toute sa finesse  politique puisque  Mouctar Diallo a fini par avaler les propos pas du tout catholiques qu’il tenait il y a quelque mois contre le régime Alpha Condé.

A présent, Alpha Condé est synonyme de développement pour Mouctar, un point, c’est tout.
La stratégie de l’isolement du chef de file de l’opposition est bien en marche. A moins que les espèces sonnantes et trébuchantes du président Alpha Condé ont eu raison de Mouctar Diallo avec un parti en perte de vitesse et de militant.
En tout état de cause comme le disait l’écrivain Italien, Carlo Coldoni « la reconnaissance est l’aimant des bons cœurs. »
Si le président Alpha Condé a mis la main à la poche, Mouctar Diallo doit lui rendre la monnaie en quittant une « opposition destructrice » pour une « opposition positive qui accompagne les bonnes actions dans le cadre du développement de la Guinée ».

Mohamed Soumah

Partager