Partager

Ces derniers temps, le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) dont dirige Aboubacar Soumah dénonce l’ingérence du gouvernement, à travers le ministère du travail dans les affaires syndicales. Et pour répliquer contre cet état de fait, les responsables dudit syndicat menacent d’aller à nouveau en grève si cette ingérence de l’exécutif continue.

Dans une déclaration rendue publique, le SLECG entend reprendre son mot d’ordre de grève, à partir de la semaine prochaine, sur toute l’étendue du territoire nationale.

Ci-dessous l’intégralité de la déclaration.

Camarade Salut

Le Bureau Exécutif National du SLECG informe l’ensemble des Enseignantes, Enseignants et Enseignants Chercheurs de l’ingérence notoire du gouvernement à travers Albert Damantang Camara qui dans les coulisses finance le groupuscule dissident de l’ancien Bureau dirigé par Souleymane Sy Savané et compagnie pour la tenue d’un autre congrès le 16 Mai 2018 dans le but de saboter le couloir de négociation déjà ouvert avec le gouvernement et de faire des Enseignants de Guinée des éternels pauvres.

Par ailleurs le Bureau Exécutif National du SLECG prend acte de cette attitude qui vise à mettre en cause le protocole d’accord signé le 13 Mars 2018 entre le SLECG et le Gouvernement. Par la même occasion, le Bureau Exécutif National du SLECG prend en témoin l’opinion publique nationale et internationale contre les agissements du gouvernement soutenus par Albert Damantang Camara et demande aux Enseignantes, Enseignants et Enseignants Chercheurs de se tenir prêts pour une nouvelle Grève Générale sur toute L’étendue du Territoire National à compter de la semaine prochaine.

 
Faites circuler au maximum

Ensemble nous vaincrons !

Partager