Partager

Tenues le 4 février dernier, les élections communales attendent toujours d’être validées par l’opposition conduite par Mamadou Cellou Diallo. Le chef de file de l’opposition guinéenne puisqu’il s’agit de lui a reçu mercredi une forte délégation de la communauté internationale conduite par un groupe de diplomates au siège de son parti à Hamdallaye.
Dennis Hankins, Ambassadeur des États-Unis, Jean-Marc Grosgurin de la France, Geradus Gielen de l’Union Européenne, Séraphine Wakana du Système des Nations-Unies, entre autre étaient chez le chef de file de l’opposition.
Il est vrai que ni Cellou, ni les diplomates n’ont souhaité parler de l’objectif de cette rencontre, mais tout porte à croire que la suspension par l’opposition de sa participation au comité de suivi du dialogue politique, était à l’ordre du jour.
Selon certaines indiscrétions, il a aussi été question des résultats des élections locales du 4février avec des conseillers élus qui tardent encore à prendre fonction. L’opposition tient comme à la prunelle de ses yeux, la modification des résultats en sa faveur.
Si les diplomates proposent la reprise partielle des élections dans les circonscriptions électorales litigieuses, l’opposition conduite par Cellou s’accroche aux procès verbaux.
Dans ce dialogue de sourd, il ne faudra pas se leurrer. Le président Alpha Condé reste le grand vainqueur, mais pour combien de temps ?.

Naby Camara

Partager