Partager

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les lignes ne bougent pas dans les négociations entre le syndicat des enseignants et l’inspecteur général du travail.
Le Secrétaire général du SLECG, Aboubacar Soumah et ses camarades syndicalistes étaient de nouveau en réunion mardi avec les représentants du gouvernement. Les 8 millions de salaire de base pour les enseignants était à l’ordre du jour des discussions. Après les autres points de revendication, les lignes n’ont pas du tout bougé sur les 8 millions.
Conséquence, le syndicat a menacé de reprendre la grève en ces termes: « Le gouvernement affirme que ce n’est pas possible de donner les 8 millions. Nous exigeons le paiement des 8 millions puisque les services de recette de l’Etat fonctionnent à plein poumon », estime le secrétaire général adjoint du SLECG, Oumar Tounkara au sortir de la salle des négociations.
Plus loin, M.Tounkara affirme  » qu’ aucune proposition ne leur a été faite par le gouvernement dans ce sens. Nous avons demandé 8 millions comme salaire de base compte tenu de la cherté de la vies ».
Par ailleurs, le porte-parole du syndicat poursuit en disant qu’aucun préalable n’est satisfait, notamment l’affectation des syndicalistes pour fait de grève.
Pour ne rien arranger, le porte-parole des syndicalistes affirme que depuis 20 jours, les négociations se poursuivent que les responsables syndicaux n’ont plus de choix que de recourir à la loi en appelant à une nouvelle grève générale et illimitée pour se faire entendre, conformément à la loi.
Face à cette situation, il promet de faire le compte-rendu à la base avant de prendre la décision qui s’impose. En tout état de cause, le syndicat menace d’aller en grève à partir du  lundi 28 mai prochain, si aucune solution n’est à portée de main.
De son côté, l’inspecteur général du travail, Alia Camara qui mène les négociations au nom du gouvernement à inviter les deux parties à la retenue pour une solution soit trouvée en ces termes : « Avant de se séparer, j’ai demandé à la partie gouvernementale et à la partie syndicale de réfléchir sur leurs positions et de consacrer la journée de ce mercredi à çà et nous allons nous retrouver à partir de jeudi à 10h pour continuer les discussions et j’espère que la solution sera trouvée »…

Espoir, il y en aura peut être avec l’arrivée du nouveau Premier Ministre, Ibrahima Kassory Fofana qui prendra les pleins pouvoir du palais de la Colombe demain jeudi. En tout cas, c’est la première épreuve du nouveau Premier Ministre avec les examens nationaux qui profilent à l’horizon.

Almamy Kalla CONTE

664 26 13 70

Partager