Partager

Mis sur pied par un arrêté du ministre de la justice le 09 avril dernier, le comité de pilotage pour la tenue du procès du 28 septembre est installé ce vendredi 1er juin 2018.

La cérémonie d’installation présidée par le premier ministre guinéen a connu la présence de plusieurs responsables des organisations de défense des droits de l’homme, les partenaires techniques et financiers notamment le système des Nations-Unies et l’Union Européenne.

Ce comité composé de 13 membres y compris le ministre de la justice aura pour tache de coordonner et préparer la tenue du procès dans l’affaire du 28 septembre 2009.

D’après le ministre d’Etat, ministre de la justice, Me Cheick Sako, ce comité se limitera à sa mission de préparation pour la tenue du procès. « Comme je vous ai dit à l’entame, c’est ce comité qui a été mis sur pied pour préparer la matérialisation de la tenue du procès du 28 septembre. Ce comité qui est composé de 13 membres dont les représentants du ministère de la justice, de la cour suprême, cour d’appel, la société civile et les partenaires techniques et financiers fera également la mobilisation des fonds pour ce procès », a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : « je tiens à vous préciser que ce comité n’est pas chargé de faire le procès, mais plutôt préparer sa tenue. Il ne fera aucune injonction dans la procédure ».

Répondant à la question d’un journaliste concernant la date du procès, il a déclaré que c’est le comité qui proposera une date tenable.

« Après l’installation d’aujourd’hui, le comité se réunira dans la salle de réunion du ministère de la justice une fois par semaine ou par mois ou deux fois par mois en session ordinaire et extraordinaire selon le calendrier qui sera faite en commun accord des membres. C’est à l’issue d’une session que la date sera proposée. Ce procès durera six(6) à sept (8) mois », a précisé le chef du département de la justice guinéenne.

De son côté, l’ambassadeur des Etats-Unis à Conakry et membre du comité de pilotage, Denis Henkis a exprimé sa joie et la détermination de son pays à accompagner la Guinée pour la tenue de ce procès qu’il qualifie d’historique.

En sa qualité de président d’honneur de la cérémonie, le premier ministre guinéen, Dr Ibrahima Kassory Fofana a déclaré la volonté de son gouvernement à soutenir la tenue du procès du 28 septembre 2009.

« Je suis venu à cette cérémonie pour témoigner la volonté du président de la république et son gouvernement pour la tenue de ce procès. Il faut qu’on montre à la face du monde qu’il y’a un pays appelé la Guinée qui est capable de tenir un procès de ce genre et de façon équitable. Mon gouvernement ne ménagerait aucun effort pour lutter contre l’impunité sous toutes ses formes et la tenue du  procès dans cette affaire », a-t-il promis.

A noter que le 28 septembre 2009, le pouvoir militaire d’alors a réprimé une manifestation pacifique au stade du même nom.

Selon les organisations des droits de l’homme, il y’a eu 157 personnes qui ont été tuées, sans compter des blessés et des femmes violées.

Daouda Yansané

664 44 23 43

Partager