Partager
?????????????????????????????????????????????????????????

Depuis l’annonce de l’augmentation du prix du carburant par le gouvernement, le syndicat et les acteurs la société civile se battent pour la diminution de ce prix. Ce jeudi 12 juillet, ces deux entités ont décidé d’harmonier leurs efforts pour mener à bien ce combat.

Apres un huit clos d’une heure dans la salle de réunion de la bourse de travail, ils ont expliqué aux medias les motifs de cette rencontre.

Selon Mamadou Mansaré, secrétaire général adjoint de la CNTG, cette rencontre a permis aux différentes parties de mettre en place une synergie d’action dans la lutte. « Cette rencontre nous a permis de mettre en place un cadre concerté de mouvements en vue de faire fléchir ce gouvernement, pour dire que le peuple de Guinée demande plus de justice sociale, plus d’équité. Ce n’est pas seulement le prix du carburant que nous exigeons. Nous demandons plus de justice sociale, la lutte contre l’impunité… C’est toute une dynamique qui est en jeu. Il faut que le gouvernement Kassory entende le cri du peuple et ce cri va s’entendre. A partir du mardi, nous sommes prêts à mettre en place la dynamique de la marche verte qui va être une très grande mobilisation de l’ensemble des classes populaires guinéennes », a expliqué le syndicaliste.

Quant aux  Forces Sociales, Alghassimou Diallo,  dira que les positions sont déjà harmonisées pour mener le combat jusqu’à la diminution du prix par le gouvernement. « Les positions sont déjà harmonisées. Nous avons répondu ce matin à l’appel de nos camarades syndicalistes. Les Forces Sociales se sont massivement mobilisées d’abord pour prouver aux travailleurs de Guinée, que le peuple est avec eux. Les Forces Sociales, c’est cette dynamique qui se retrouve au nom des citoyennes et citoyens guinéens, au nom de l’ensemble des organisations de la société civile de notre pays pour se battre contre l’injustice sociale et ramener le prix du carburant à 8000 francs guinéens. Ce sont des conditions non négociables ».

 Avant de terminer, il a dit : « Si le gouvernement veut entendre le cri du peuple, nous sommes à son écoute ; s’il ne veut pas l’entendre, la Constitution nous confère des droits que nous allons appliquer. Ce qu’il faut saluer, c’est le combat commun que nous menons aujourd’hui, entre les Forces Sociales et les Syndicats, qui décident donc d’aller jusqu’au bout. Des propositions nous on été faites ici dans le cade de l’unité d’actions. C’est une dynamique que nous saluons et à partir de maintenant, c’est une unité d’actions syndicale et sociale(…). »

L’inter-centrale syndicale CNTG/USTG tiendra une assemblée générale demain, vendredi 13 juillet pour toujours statuer sur la question de la hausse du carburant.

Alkhaly Condé

Partager