Partager

Le Secrétariat général des Affaires Religieuses en Collaboration avec le ministère de la Santé a procédé le mercredi 11 juillet 2018, à l’opération de vaccination des pèlerins pour le hadj.

Contrairement aux années précédentes,  cette opération a connu une décentralisation sur cinq sites dont  la Mosquée Fayçal, Mosquée Fofana (

Matoto), mosquée Turque (Koloma), mosquée Haramaine de Kountia  et le service de prévention.

Interrogé sur les raisons et la nouveauté dans cette opération, Dr Timothé Guilavogui, directeur national du service d’épidémiologie  et de lutte contre la maladie nous a dit : « la vaccination est un moyens utilisé depuis des moments lointains pour éviter des maladies. Avec cette vaccination ça va éviter le pèlerin de ne pas tomber malade surtout qu’il se de place d’un point à un autre.».

Parlant de la sécurisation de cette campagne, il a dit : « Nous sommes en train de sécuriser cette activité du Hajj 2018. Sécuriser veut dire quoi ? Je ne sais pas si ça existait dans le passé, je ne possède pas de preuves. Mais quelqu’un pouvait se procurer des carnets de vaccination sans pour autant être vacciné. Vous avez vu les conséquences : la personne peut faire la maladie et cela peut créer des incidents   diplomatiques et affecter l’amitié qui existe entre les deux pays frères. Alors, pour éviter ce genre de situation, nous avons essayé au maximum de sécuriser les cachets à travers le logo du service. Et, aussi les cachets qui sont apposés à l’intérieur des carnets ne sortent pas du bureau. Nous avons changé également les anciens cachets, tout se passe ici, le nombre de carnets est connu et personne ne faire la falsification ou autres choses ».

De son coté, Dr Mamadou Lamine Diallo, directeur du service de la zakate et le coordinateur de la campagne de vaccination des pèlerins « par la grâce de Dieu, les vaccinations des candidats au pèlerinage 2018 ont commencé. Depuis le lundi dernier, nous sommes en train de vacciner les pèlerins guinéens par la grâce de Dieu. Alors, cette année, nous avons eu une grande chance, parce que nous avons obtenu la totalité des vaccins à temps, c’est-à-dire bien avant le démarrage de la campagne de vaccination, ce qui constitue un plus pour cette année. Et nous saluons la collaboration franche entre le secrétariat général des affaires religieuses, en charge de l’organisation du pèlerinage et le ministère de la santé, en charge de la vaccination proprement dite ».

Avant de conclure. « Cette collaboration nous a permis cette année, au vu des erreurs du passé, de corriger ce qui était l’essentiel du problème lié à la vaccination, à savoir, l’obtention à temps des vaccins. C’est un challenge qui a été, par la grâce de Dieu, relevé par le ministère de la santé cette année. Nous disons merci au ministère de la santé pour cela, nous saluons la bonne collaboration entre nos services et nous pensons que puisque nous avons vu le bout du tunnel, pour que plus jamais on n’ait de problème de vaccins pour nos candidats au pèlerinage », a-t-il conclu.

Il faut noter qu’à l’exception du site de Koloma délocalisé pour raisons sécuritaires, le travail se passe bien dans les autres lieux.

Daouda Yansané

664 44 23 43

 

Partager