Partager

Le Ministre des Travaux Publics Moustapha Naïté est sorti de son silence cette semaine pour parler de ce qui le regarde à savoir  l’état des routes nationales qui ne sont pas au mieux de leur forme. Pour la circonstance, Naité a notamment déclaré lors d’une conférence de presse:  « le réseau routier guinéen couvre environ 33.300 millimètres toute route confondue. Sur l’ensemble de ce réseau, le pays dispose de nombreux ouvrages de franchissement répartis comme suit : 1946 ponts en béton armé, 39 ponts métalliques, 31 ponts provisoires, 32 ponts bac et 12 ponts en bois ».

Ces résultats ont été obtenus à la suite d’une campagne d’inspection sur les routes nationales. Ces études ressortent que l’état général des ponts sur les routes nationales revêtues se présente comme suit : 31 % sont en mauvais état et 53% sur les routes nationales sont bonnes.

Pour remettre ces routes en bon état, il faudrait au département des Travaux Publics  un montant de  plus de 302 millions de dollars, précise le ministre des TP.

Pour lier l’utile à l’agréable, Moustapha Naité compte présenter les résultats de la campagne d’inspection citée plus haut en Conseil des Ministres pour que des dispositions urgentes soient prises afin de parer aux nombreux problèmes de circulation dans le pays.

Parlant de la situation du pont de Linsan, sur le fleuve Konkouré, Moustapha Naité a souligné que dès son arrivée à la tête du département, il a donné des instructions pour créer une déviation afin que la circulation ne soit interrompue. A ce jour, rassure le ministre des TP, la circulation était effective et les travaux du pont avançaient à grand pas.

En attendant la fin des travaux de réhabilitation du pont, ce sont les fortes pluies qui se abattues dans la nuit du 28 au 29 juillet qui ont fait que le niveau d’eau est monté et le passage de la déviation dans le fleuve a été submergé par l’eau. Mais pas de péril en la demeure, estime le ministre  puisque le niveau de l’eau continue à baisser et le trafic devrait reprendre incessamment. Naité annonce que les travaux ont consisté  à la  libération des deux voies d’accès, le dégagement du lit du fleuve, l’enlèvement du pont qui est tombé lors de l’écroulement et de la ferraille du vieux pont effondré et les travaux de blindage du lit du cours d’eau par des blocs.

Pour ne pas laisser de place aux suspicions,  un cabinet d’expertise devra faire les essais de contrôles d’usage avant la reprise normale du trafic entre le 14 et le 20 août. Ce, après la confirmation de la praticabilité du pont par le cabinet.

 

Almamy Kalla CONTE

664 26 13 70

 

Partager