Partager

Les accords politiques signés le 08 aout dernier entre le RPG, parti au pouvoir et la principale formation politique du pays, l’UFDG est loin de faire l’unanimité. Après les remontrances de Sidya Touré et de plusieurs leaders politiques et activistes de la société qui parlent d’un précédent dangereux pour le respect des lois de la République, c’est autour du fondateur de l’UFDG de réagir. Bah Oury puisqu’il s’agit de lui s’en offusque sur sa page facebook en citant nommément son adversaire Mamadou Cellou Diallo. Lisez plutôt.
6 mois après les communales alors que les contentieux électoraux sont apurés
(code électoral), les élus des 342 circonscriptions ne sont pas installés. C’est ainsi la meilleure manière de déstabiliser les institutions et la Guinée. C’est un précédent dangereux pour l’avenir !
Quel crédit donner ainsi à la CENI constitutionnellement indépendante qui est désavouée par le gouvernement qui refuse d’installer les élus communaux en se pliant aux humeurs du chef de file de l’opposition?
Quelle élection nationale pourrait-elle être apaisée et acceptée demain?
Les autorités guinéennes sont ainsi face à leurs responsabilités régaliennes : installer ici et maintenant tous les élus communaux comme le stipule les lois de la république.
Les arrangements n’ont jamais construit la paix, au contraire ils précipitent le pays dans le désordre.

Partager