Partager

Sur sa page Facebook, le bâtonnier de l’ordre des avocats n’a pas du tout été tendre avec le régime Alpha Condé. Me Mohamed Traoré puisqu’ilo s’agit de lui s’inquiète des dérapages et les violations répétées des lois de la République. Lisez plutôt.

En Guinée, le règlement du contentieux électoral relève de la compétence des juridictions, les Tribunaux de Première Instance pour les élections locales et la Cour constitutionnelle pour les élections nationales.
Le dernier accord politique entre les deux grandes formations politiques du pays auxquelles il faut ajouter désormais l’UFR pose un véritable problème quant à la valeur des décisions rendues par ces juridictions et le crédit qu’il faut leur donner. En tout cas, cet accord sonne comme une sorte de désaveu pour la Justice. Lorsque le principal parti de l’opposition guinéenne affirme par la voix de certains de ses responsables et militants que le « voleur » a reconnu le vol qu’il a perpétré alors que la justice avait quasiment entériné les résultats qui sont justement à la base de cette crise, il y a lieu de s’inquiéter. La finalité d’une décision de justice est de mettre fin à un litige. Mais si une décision de justice crée plus de conflits qu’elle en n’en résout, c’est l’équilibre de la société qui est en danger. Les décisions judiciaires rendues sur le contentieux des communales devraient permettre à la Guinée de tourner la page des contestations nées de ces élections. Mais force est de reconnaître qu’elles n’ont pas apporté de solutions. Qu’adviendrait-il quand les Guinéens seront face à des élections à enjeu plus important? La question se pose plus que jamais aujourd’hui
Me Mohamed Traoré
Bâtonnier de l’ordre des avocats de Guinée

Partager