Partager

A propos du drame qui se joue au Port Autonome de Conakry, un syndicaliste a confié à Guineelive que près de mille travailleurs seront sur le carreau avec ce contrat.

Le président Alpha Condé puisqu’il s’agit de lui excelle dans les déclarations et les promesses. Mais sur le terrain, tout porte à croire que le chef de l’Etat guinéen serait entrain de vendre le pays au profit de ses intérêts égoïstes.
Tenez-vous bien, rien que dans la préfecture de Boké, sa ville natale, au moins 16 sociétés minières sont installées. L’exploitation de la bauxite par ricochet des terres de cette ville inquiète même les profanes en environnement. Sans compter l’or, le diamant de la Haute Guinée et les autres ressources naturelles du pays.
Pour revenir à nos moutons, il faut dire qu’au moins pour une fois, des guinéens patriotes sont entrain de rendre la vie très dure au président Alpha Condé dans ce qui est désormais convenu d’appeler l’OPA, offre publique d’achat du président Alpha Condé sur le Port autonome de Conakry (PAC).
La signature vendredi 10 août du contrat de concession du quai conventionnel à une entreprise de la famille du président Turque pour une durée de 25 ans constitue la pomme de discorde. De sources généralement bien informées, la société Albayrak appartient bel et bien à la famille du Ministre turc de l’Economie et des Finances, Berat Albayrak.

Précision importante, ce dernier est le gendre du président Recep Tayyip Erdogan.
Pour ne pas cautionner cette forfaiture, le DAF (directeur administratif-financier et comptable du Port autonome de Conakry,  Ibrahima Kalil Keita aurait jeté l’éponge. M.Kéita a déclaré qu’il travaille au Port depuis une trentaine d’année. Mais qu’il n’a jamais vu un contrat de ce genre qui transfère tout le capital du Port qui est un patrimoine national à une société étrangère. Il aurait donc quitté son poste pour ne pas cautionner cet acte qui restera gravé dans l’histoire de la Guinée et de tous ceux qui s’associeront.
Ce n’est pas tout car sur ordre du président Alpha Condé dit-on, le directeur des Ressources Humaines du Port Autonome de Conakry, Aboubacar Sidiki Dramé a été aussi limogé. La raison, c’est qu’il aura commis un crime de l’es-majesté en affirmant haut et fort que le contrat n’est pas bénéfique pour la Guinée.
Les travailleurs n’ont plus ne veulent pas entendre parler de ce contrat qui transfère la souveraineté de la Guinée à la Turquie. C’est du moins la conclusion faite par de nombreux guinéens face à la vente du Port Autonome de Conakry à la famille du président Recep Erdogan de la Turquie.

Le syndicat des travailleurs a rougie de colère.

Aux dernières nouvelles, le président Alpha Condé aurait demandé au Ministre des Transports, Aboubacar Sylla, ancien et nouveau porte-parole de l’opposition et du gouvernement et la directrice générale du Port autonome de Conakry, Hawa Kéita de communiquer sur le sujet.
Les deux auraient clairement indiqué à des proches  selon nos informations qu’ils refusent de jouer ce jeu.
La directrice générale du Port autonome de Conakry, Hawa Kéita affirme qu’elle n’a pas été associée aux négociations qui ont abouti à la signature de ce contrat.
Aboubacar Sylla, inconstant devant l’éternel ne voudrait pas ternir non plus son image plutôt écornée dans l’opinion publique nationale et internationale à cause du double jeu de Communication qu’il joue entre Opposition et Pouvoir.

En attendant d’avoir plus claire dans cette sombre affaire, le président Alpha Condé tente de sauver les meubles. Mais pour combien de temps ?

Focus de guineelive

 

Partager