Partager

C’est un Premier imam de la grande mosquée Fayçal de Conakry, El Mamadou Saliou Camara très remonté qui a dirrigé la prière de la fête de Tabaski, au palais Sékhoutoureyah. Devant le locataire des lieux, le président Alpha Condé, le religieux El Mamadou Saliou Camara a appelé à l’unité nationale. Dans la foulée, El Camara a fait observer qu’aucune ethnie, à elle seule, ne peut prétendre diriger la Guinée. Dans la même logique, l’imam estime qu’aucune ethnie n’est supérieure à l’autre.

Mais pour ne pas être plus royaliste que le roi dans l’interprétation des mots et leur sens, lisez: « Nous sommes tous les fils d’Adam quel que soit notre teint ou notre couleur. Dieu n’a jamais dit qu’on doit soutenir forcement que les personnes de son ethnie ou bien qu’on ne doit respecter que son ethnie et non les autres. Nous sommes tous égaux en droit et en devoir devant Dieu. Mais nous sommes différents en fonction de nos titres. Si Dieu donne à ton ami un titre que tu vise, tu dois agir en le respectant comme tu auras voulu être traité avec honneurs et respects lorsque tu es au même poste. Pour être musulman, tu doit penser d’abord au bonheur de ton prochain.

Dans la même lancée ajoute le religieux, le messager de Dieu, Mohamet a confié que chaque musulman doit immoler un bélier pendant la fête de Tabaski avec les moyens. Ce sacrifice d’Abraham n’est pas lié à l’âge.

Plus loin, l’imam affirme que l’on doit avoir peur de deux choses: Tout Puissant Allah et nos pêchés. Nos péchés sont nos véritables ennemis qui nous poursuivent que ni même nos gardes du corps ne peuvent séparer.

Ne pensez pas que si ce n’est pas un Sosso que ce n’est pas bon. Les malinkés aussi ne doivent pas imaginer que si ce n’est pas un des leurs, ça ne marchera pas. C’est valable pour les peulhs et les forestiers. Tant que vous avez un parti ethnique, différent du parti national, vous ne pouvez rien faire, a insisté l’imam Ratib de la grande mosquée de Conakry.

Déplorant ethnicisation de la société guinéenne, l’imam s’en est violemment pris aux politiques qui selon lui doivent revoir leur copie au risque de pousser la Guinée dans le précipice.
Ce discours de l’imam est plus d’actualité en Guinée. Le pays est à la recherche de son identité.

Naby Camara

Partager