Partager

Selon un rapport des organisations de défense des droits de l’homme, la république de Guinée figure parmi les pays où le droit des détenus est violé. Pour infirmer ou confirmer cette déclaration, l’Institution Nationale Indépendante des Droit de l’Homme (INIDH), a décidé de faire un tour dans les prisons de la Guinée. L’annonce a été faite par son president, Dr Alia Diaby à l’occasion de la deuxième session ordinaire de l’INIDH, ce vendredi 7 septembre 2018.

 

D’après le patron de l’INIDH trop de choses ont été racontés sur la Guinée concernant la maltraitance des détenus. C’est pourquoi, «  A partir du  lundi 10 septembre prochain, nous allons déployer les commissaires dans les prisons  à l’intérieur et à Conakry  pour  qu’on ait une idée des informations claires, crédibles   et qui répondent aux exigences sur le plan internationale concernant nos prisons. Parce que, on  raconte  trop de chose sur des prisons.  On dit   que des prisons sont vétustes, elles sont remplies  des personnes malades, sous alimentées. Les  droits des femmes et des enfants ne sont pas respectés », a-t-il promis.

Pour cela, ajoute Alia Diaby,  étant une institution  indépendante on va  aller sur le terrain  pour  donner un point de vue sur cette situation. Et surtout, nous volons que notre rapport 2018 contient un élément important sur nos prisons et des informations qui peuvent être utilisé sur le plan international.

Parlant de la violation des droit de l’homme en Guinée, il a dit : « il y’a des violations, il faut le reconnaitre de la part de l’Etat.  Mais ces derniers temps les violations  qu’on retrouve sont des violations horizontales de droit de l’Hommes.  Regardez, ce qui s’est passé à Labé, Siguiri, à Kankan et tant d’autres.  Ce sont des  citoyens qui se sont rendus justice et qu’ils  ont utilisé  les vengeances privées ».

Daouda Yansané

664 44 23 43

 

Partager