Partager

C’est la résidence de l’ambassadeur des États-Unis d’Amérique en Guinée, qui a servi de cadre à la cérémonie de prestation de serment de 43 jeunes volontaires américains du corps de la paix, qui, conformément aux principes qui régissent le système éducatif guinéen, s’engagent à enseigner les cours de mathématiques, physique, chimie, biologie, dans les établissements d’enseignement secondaire et supérieur de l’intérieur du pays, ce, pour deux années.

A cette occasion, le directeur adjoint du programme de formation de l’ONG, s’est d’abord félicité de l’engagement qui est celui de ces volontaires qui, pendant 11 semaines de stages, ont été soumis à une formation intense.

Selon Ousmane Diallo, cette formation s’articulait autour de l’enseignement du français, des langues nationales, de la formation technique pour l’adaptation culturelle et l’expérience de vie de familles guinéennes, la santé et la sécurité dans la préfecture de Dubréka.

Connu pour ces nombreuses initiatives à l’endroit des populations guinéennes, le chargé des affaires de l’ambassade des États-Unis, a rappelé que le corps de la paix fait partie de la palette de l’assistance américaine en Guinée.

« Nous apprécions et nous comptons sur le travail que vous faites en Guinée pour renforcer les liens entre les États-Unis et la Guinée, Et merci de s’être engagé », dira-t-il.

Pour sa part, la partie gouvernementale, représentée à cette cérémonie par la ministre de la coopération et de l’intégration africaine, n’a pas caché sa satisfaction vis-à-vis des États-Unis d’Amérique pour ces différentes initiatives en faveur de la Guinée.

« Nous remercions les volontaires pour avoir accepté de venir en Guinée à un moment où les jeunes en ont besoin. Nous comptons sur votre travail, sur les sciences que vous allez enseigner à travers le pays… La Guinée est infiniment reconnaissante, votre travail est le symbole de la générosité, de l’amitié américaine à travers la planète. Les États-Unis nous offrent énormément et nous vous en sommes vraiment gré, mais ce que vous nous offrez là, n’est pas quantifiable en monnaie, aucune monnaie même pas le dollar des États-Unis ne peut quantifier le temps que vous dormez dans les cases », a relevé Djené Keïta.

Réconfortés par l’hospitalité des populations guinéennes durant leur stage, ces jeunes volontaires ont tour à tour, promis de donner le meilleur d’eux-mêmes dans le cadre de cette mission.

A noter qu’ils ont été outillés à l’expression de certaines langues de la Guinée notamment, le soussou, le maninka et le poular.

Daouda Yansané

Partager