Partager

Difficile de dire à quoi le recensement biométrique des travailleurs de la Fonction Publique a servi. Le moins que l’on puisse dire, c’est que trois ans après le lancement des opérations, des résultats escomptés ne sont toujours pas au rendez-vous.
De sources généralement bien informées et proche du département en charge de la Fonction Publique, plus de 35 mille fonctionnaires manquent  toujours à l’appel. Pour le dire en un mot comme en mille, depuis le début de l’opération de recensement biométrique, plus de 35 mille fonctionnaires ne se sont pas enrôlés, ils n’ont non plus pas donné signe de vie. Pourtant, à la fin de chaque mois, ils perçoivent leur salaire par le biais du virement bancaire pour certains et le billetage pour d’autres.
Mais qu’est ce qui explique cette situation ? Selon toujours les mêmes sources, l’opération de recensement biométrique des fonctionnaires guinéens dont le nombre avoisine 100 mille fonctionnaires est une fausse opération et pour cause. Tous les mois, des engagements sur titre venant de la présidence de la République sont fait. Ces personnes proches du pouvoir, du parti au pouvoir ou des lobbies de la présidence de la République sont engagées sans aucune autre forme de procès. Exemptées qu’elles sont du concours d’accès à la fonction publique, ces personnes sont aussitôt prises en charge du point de vue salariale. Dans ces conditions, comment peut-on connaitre le nombre exact de fonctionnaire en Guinée, s’interroge notre source.
L’assainissement du fichier de la fonction publique estime notre interlocuteur est loin d’être une réalité, malgré les déclarations de transparence clamées tous les jours par le président Alpha Condé. Pour preuve à ce jour, même le Ministère de la Fonction Publique chargé de la modernisation de l’administration guinéenne n’est pas en mesure de donner le nombre exact de fonctionnaires que compte le pays. Ce, trois ans après le début de l’opération de recensement biométrique des fonctionnaires.
En attendant les explications du Ministre Billy Nankouma Doumbouyah sur la photo autour du recensement biométrique, c’est la confusion  qui règne en maitre absolue dans les opérations d’assainissement du fichier de la fonction publique avec des engagements sur titre, sans aucune explication.

Aux dernières nouvelles, le salaire de quelque 11 000 fonctionnaires a été bloqué à la fin de ce mois de septembre sur instruction dit-on du Premier Ministre, Ibrahima Kassory Fofana.

Mohamed Soumah

Partager